Maroc: quand on boit de l’alcool à brûler

Drame de l’alcoolisme dans une ville du centre du Maroc. Des personnes sans abri comptent parmi les victimes. Dix personnes sont décédées et six autres ont été hospitalisées dans un état grave, mardi 23 mai, après avoir consommé de l’alcool à brûler dans la ville d’El Hajeb, au centre du Maroc. Des personnes sans-domicile fixe comptent parmi les victimes, dont certains ont été évacués vers des hôpitaux des villes voisines de Fès et Meknès, rapporte l’agence MAP. Arrestation du fournisseur Lundi 22 mai, les autorités marocaines avaient annoncé un premier bilan faisant état de cinq morts. Le bilan s’est alourdi le lendemain lorsque cinq autres personnes, souffrant de brûlures intenses au niveau de l’œsophage et de l’estomac, ont succombé à leurs blessures. La police marocaine a annoncé avoir arrêté le fournisseur du breuvage mortel et l’avoir placé en garde à vue pour les besoins de l’enquête.

Antonio Guterres exige le retrait immédiat du Polisario de Guerguarate

Le Secrétaire général de l’ONU veut relancer le processus de négociations sur la base du réalisme et du compromis

Antonio Guterres exige le retrait immédiat du Polisario de GuerguarateAntonio Guterres exige le retrait immédiat du Polisario de Guerguarate
Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré, dans son dernier rapport sur le Sahara, distribué lundi aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU, son intention de relancer le processus de négociations sur la base du réalisme et du compromis avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit pour parvenir à une solution politique mutuellement acceptable à la question du Sahara, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.

Le rapport fait état de la décision du Maroc d’autoriser le retour de 17 fonctionnaires civils de la MINURSO, et sa coopération avec l’ONU pour clore définitivement ce dossier.

Le Secrétaire général s’est référé à plusieurs passages du discours prononcé par S.M le Roi Mohammed VI à l’occasion de la commémoration du 41ème anniversaire de la Marche Verte, le 6 novembre 2016, et dans lequel le Souverain avait rappelé que: «Nos provinces du Sud (…) sont fortes par l’attachement de leurs enfants à leur marocanité et au système politique de leur pays».

Le Souverain s’y est félicité du fait que les provinces du Sud, grâce à leur modèle de développement et aux projets qui y ont été lancés, sont devenues « un pôle de développement intégré et agissant dans son environnement régional et continental, et un axe pour la coopération économique entre le Maroc et sa profondeur africaine ».

Par ailleurs, le rapport revient sur les élections législatives du 7 octobre 2016, soulignant que cette consultation populaire s’est déroulée “sans incident”.

Le Secrétaire général a également exigé le retrait complet et immédiat du Polisario de la zone tampon de Guerguarate, affirmant qu’il «demeure profondément préoccupé par la présence continue d’éléments armés du front Polisario dans cette région, et par les défis que cela pose à la raison d’être de cette zone tampon».

Il a reconnu, à ce propos, que cette situation risque d’“entraîner l’effondrement du cessez-le-feu” et d’engendrer un « impact dangereux » sur la sécurité et la stabilité de l’ensemble de la région.

Dans ce rapport qui souligne clairement la responsabilité de l’Algérie dans ce différend, puisqu’il affirme qu’Alger est appelé à faire une importante contribution au processus des négociations, le Secrétaire général rappelle la validité des paramètres définis par le Conseil depuis 2007 pour parvenir à la solution politique mutuellement acceptable, à savoir: les négociations doivent se dérouler de bonne foi, tenant compte des développements depuis 2006, l’importance du réalisme et de l’esprit de compromis dans les négociations, la nécessité pour les parties de démontrer une volonté politique pour entrer dans une phase de négociations substantielles et intensives et l’appel aux Etats de la région de coopérer entre eux et avec les Nations unies pour réaliser des progrès dans les négociations.

Par ailleurs, il a recommandé la prorogation de 12 mois jusqu’au 30 avril 2018, du mandat de la MINURSO.

«Je recommande que le Conseil proroge le mandat de la MINURSO de 12 mois supplémentaires jusqu’au 30 avril 2018», a-t-il indiqué en exhortant « le Conseil de sécurité à demander au front Polisario d’opérer un retrait complet et sans conditions de la région de Guergarate » et en saluant « la réponse positive du Maroc » à l’appel qu’il avait lancé aux deux parties pour se retirer de la région.

Mercredi 12 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 477 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Le camouflet cinglant infligé depuis la Suède aux pantins polisariens et à leurs chefaillons algériens : Participation concluante de l’USFP au 39ème congrès du SAP – 12/04/2017

L’anniversaire de la visite de S.M Mohammed V célébré en grande pompe à Tétouan – 12/04/2017

Séminaire à mi-parcours du projet de jumelage Maroc-UE – 12/04/2017

Le financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangères – 11/04/2017

Appel à l’endiguement de l’extrémisme – 11/04/2017

Solidarité avec le peuple palestinien – 11/04/2017

Cancre parmi les cancres – 10/04/2017

Nomination d’un officier kazakh à la tête de la Minurso – 10/04/2017

Le président de la Chambre des représentants s’entretient avec l’ambassadeur du Chili au Maroc – 08/04/2017

12345»1581

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

DHJ-WAC, une confrontation à grand enjeu pour la course au titre

DHJ-WAC, une confrontation à grand enjeu pour la course au titreDHJ-WAC, une confrontation à grand enjeu pour la course au titre
Le terrain El Abdi à El Jadida sera, aujourd’hui à partir de 17 heures, le théâtre d’un match au sommet opposant le DHJ au WAC et entrant dans le cadre de la mise à jour du calendrier (22ème journée) du championnat national de football, Botola Maroc Telecom D1.

Une affiche qui s’annonce sous de bons auspices et qui aura comme referees un trio d’arbitrage relevant de la Ligue du Gharb avec Khalid Ennouni au centre, secondé par Zakaria Abderrahim et Brinsi Beloua.

Conscients de l’importance de cette rencontre dans la course au titre, les deux clubs sont entrés en concentration depuis dimanche dernier. Les Doukkalis ont élu domicile au Centre international de la lutte à El Jadida alors que les Casablancais ont opté pour un complexe touristique, également à El Jadida, et ce pour éviter toute pression et préparer comme il se doit cette explication.

Le match DHJ-WAC se jouera donc au lendemain de la rencontre KACM-Raja, ce qui veut dire que les Jdidis et les Casablancais aborderont leur confrontation en connaissant l’issue de ladite rencontre et du nouveau classement des Verts.

Bien avant ces deux matches, le WAC est leader avec 47 points, alors que le Difaâ est troisième avec 44 et entre les deux, il y a le Raja avec 45 unités. Trois sérieux protagonistes qui se trouvent sur le même mouchoir de poche et pour qui tout faux pas risque de leur coûter cher au décompte final.

DHJ-WAC devrait sans aucun doute drainer un grand nombre de spectateurs tenus à faire preuve d’esprit de fair-play afin que ce sommet se déroule sans incidents.

Il convient de rappeler que le deuxième match en retard de la 22ème journée devant opposer l’IRT à l’OCS a été programmé pour le 19 courant à 17 heures au Grand stade de Tanger. Le club tangérois aura à disputer un autre match de mise à jour (23è journée) contre le FUS, le 26 de ce mois à 19 heures au Complexe Moulay El Hassan à Rabat.

Bien entendu, le FUS et l’IRT ne pourront pas prendre part en cette fin de semaine aux péripéties de la 24ème manche du championnat, en raison de leurs confrontations respectives pour le compte des huitièmes de finale retour de la Coupe de la CAF. Pour la mise à jour de ce 24ème acte, deux rencontres sont programmées le 3 mai, à savoir IRT-KACM à 16 heures et HUSA-FUS à 18h00.

Zniti rempile avec le Raja

Après Abdelilah Hafidi, c’est au tour d’un autre joueur cadre de rempiler avec le Raja. Il s’agit du gardien de but Anas Zniti qui a prolongé son contrat, devant expirer en juin 2018, jusqu’en 2021.

Aucun autre détail n’a été apporté concernant cette transaction, rapportée par le site officiel du club, rajacasablanca.com

Mohamed Bouarab
Mercredi 12 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 353 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Le WAC doublé, l’ASS en profite – 12/04/2017

El Gruiri et Abrouk remportent la course 10 km pour la paix – 12/04/2017

Bayern-Real, l’affiche la plus récurrente du football européen – 12/04/2017

Vers une issue favorable au conflit qui mine les Autoroutes du Maroc – 12/04/2017

Fortunes diverses pour Tommy Robredo et Nicolas Almagro – 12/04/2017

Fernando Torres a la tête dure – 12/04/2017

Infos – 12/04/2017

Divers sportifs – 12/04/2017

Rien n’est encore joué entre le FUS et le MAS – 11/04/2017

12345»1709

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Le camouflet cinglant infligé depuis la Suède aux pantins polisariens et à leurs chefaillons algériens : Participation concluante de l’USFP au 39ème congrès du SAP

Le camouflet cinglant infligé depuis la Suède aux pantins polisariens et à leurs chefaillons algériens : Participation concluante de l’USFP au 39ème congrès du SAPLe camouflet cinglant infligé depuis la Suède aux pantins polisariens et à leurs chefaillons algériens : Participation concluante de l’USFP au 39ème congrès du SAP
Le 39ème Congrès des sociaux-démocrates suédois, au pouvoir à Stockholm depuis les législatives de septembre 2014, a rejeté dimanche à l’unanimité une motion proposée par quelques membres visant à reconnaître la pseudo-RASD. Une décision en phase avec la politique du gouvernement de Stefan Löfven qui avait renoncé, en janvier 2016, à établir des relations diplomatiques avec cette entité fantoche.

Le Congrès du Parti social-démocrate suédois des travailleurs (en suédois Sveriges Socialdemokratiska Arbetareparti ou SAP), communément appelé « Sociaux-démocrates » (Socialdemokraterna) a connu la présence de plus de 30 partis dont l’USFP, représenté par Khaoula

Lachguar, ainsi que plusieurs organisations dont la représentation de certaines dépassait les 50 membres. L’ambassadrice de Sa Majesté le Roi en Suède, Amina Bouayach, a également assisté aux travaux de ce congrès, en compagnie d’une conseillère politique de l’ambassade.

Vu l’intérêt et l’importance de ce congrès dans l’agenda politique suédois, le Polisario y a dépêché une délégation composée de trois membres. Conduite par Mohamed Sidati, soi-disant ministre délégué auprès de l’UE, celle-ci comprenait également Fatima Mehdi, présidente de l’organisation des femmes au sein des camps de Tindouf et le représentant permanent des séparatistes en Suède. Tous ces membres qui ont, rappelle-t-on, pris l’habitude de participer à ce genre de manifestations, grâce au financement de certaines ONG suédoises, se sont efforcés d’exploiter la méconnaissance par le peuple suédois de la nature du conflit dans la région pour tenter de soutirer davantage de soutien financier en leur faveur. L’ambassadeur de l’Algérie en Suède s’est échiné à vouloir les épauler par sa présence aux ateliers traitant de la politique étrangère de la Suède.

Toutes ces manœuvres n’ont pas entamé la volonté de la représentante du parti de la Rose. Laquelle a tenu à intervenir lors des ateliers consacrés à la parité du genre, à l’emploi des jeunes et aux relations internationales pour donner l’image idoine de l’expérience marocaine, notamment en matière de lutte contre le terrorisme, d’édification démocratique, de développement durable et de coopération Sud-Sud. Les organisateurs ont été convaincus par la justesse des analyses qui leur ont été ainsi présentées et ont répondu favorablement à plusieurs propositions faites par la représentante de l’USFP. Particulièrement en ce qui concerne le renforcement d’un dialogue Sud-Sud qui ne soit pas forcément calqué sur les expériences qui ont cours dans les pays du Nord. Khaoula Lachguar a également affirmé que le meilleur moyen d’aider les pays africains à conforter la paix et le développement est de les encourager à débattre de leurs propres affaires sans tutelle, ni censure de la part des pays du Nord.

Ce congrès, précise-t-on, a débouché sur l’adoption de la résolution soutenant le processus onusien relatif à la question du Sahara et à la non reconnaissance d’un Etat fantôme. Ce qui n’aurait pas été conforme avec le droit international et n’aurait pas servi les Sahraouis eux-mêmes, selon les propos de la ministre suédoise des Affaires étrangères et membre du Bureau politique du SAP, Margot Wallström.

Lors de l’opération de vote, le Congrès a approuvé à une majorité dépassant les 90% la proposition de la ministre suédoise, ce qui renseigne amplement sur le nombre des pro-Polisario au sein du SAP. Cela confirme et la justesse de la position de l’USFP et la nécessité de persévérer à expliquer la réalité de la situation dans la région et à démentir les allégations mensongères du Front Polisario.

Il convient de préciser que le Parti social-démocrate suédois des travailleurs, fondé en 1889, a été au pouvoir presque sans discontinuité entre 1928 et 1996. Göran Persson était son premier secrétaire, et en même temps le Premier ministre du pays, du 22 mars 1996 jusqu’à sa défaite aux élections générales du 17 septembre 2006. Membre de l’opposition de 2006 à 2014, il est revenu au pouvoir suite aux élections générales du 14 septembre 2014, à l’issue desquelles il a formé une coalition avec les écologistes. Il est dirigé par Stefan Löfven, l’actuel Premier ministre.

H.T
Mercredi 12 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 833 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Antonio Guterres exige le retrait immédiat du Polisario de Guerguarate – 12/04/2017

L’anniversaire de la visite de S.M Mohammed V célébré en grande pompe à Tétouan – 12/04/2017

Séminaire à mi-parcours du projet de jumelage Maroc-UE – 12/04/2017

Le financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangères – 11/04/2017

Appel à l’endiguement de l’extrémisme – 11/04/2017

Solidarité avec le peuple palestinien – 11/04/2017

Cancre parmi les cancres – 10/04/2017

Nomination d’un officier kazakh à la tête de la Minurso – 10/04/2017

Le président de la Chambre des représentants s’entretient avec l’ambassadeur du Chili au Maroc – 08/04/2017

12345»1581

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Le financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangères

Le MAEC réclame le droit d’être informé de toute transaction financière avec les associations marocaines

Le financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangèresLe financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangères
Le débat sur le financement des associations marocaines monte d’un cran. Une note de la direction des Affaires juridiques au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (MAEC), datée du 27 mars 2017, « demande à l’ensemble des missions diplomatiques et consulaires, représentations des organisations internationales et régionales et agences de développement de veiller, systématiquement, à informer le MAEC et se concerter avec celui-ci préalablement à toute interaction, accord ou financement à conclure avec des organismes gouvernementaux, établissements publics, ou organisations non-gouvernementales marocaines ». En d’autres termes, les ambassades, les consulats et les représentations permanentes sont désormais obligés de prévenir ledit département de tout projet de contact ou de financement d’une institution ou ONG marocaines.

D’après le site de Telquel, le ministère des Affaires étrangères affirme ainsi « sa volonté de reprendre la main sur la coopération internationale par un contrôle en amont, mais il se veut rassurant en expliquant qu’il s’agit d’une part d’avoir un œil sur l’origine des financements, et d’autre part sur leur emploi ».

Un point de vue que ne partage pas Aziz Idamine, militant associatif, qui pense que la note verbale dudit département est infondée et n’a pas raison d’être puisqu’il existe, selon lui, plusieurs mécanismes administratifs et juridiques destinés à contrôler les financements étrangers des associations nationales.

« Les ONG marocaines reçoivent des fonds étrangers via trois voies. Il y a d’abord le canal UE et le Conseil de l’Europe, deux mécanismes régionaux qui octroient des fonds aux ONG marocaines dans le cadre de partenariats et selon des cahiers des charges bien précis. Ces fonds sont destinés à financer certaines associations en matière de défense des droits de l’Homme, de renforcement de la démocratie et de l’égalité homme-femme, de consolidation de la citoyenneté… Il y a ensuite les fonds émanant de certaines ambassades et qui s’inscrivent dans le cadre d’une coopération dont l’objectif consiste à financer certaines associations afin de renforcer le débat public sur les droits de l’Homme. Le Maroc bénéficie de cette coopération internationale et il n’y a pas que les associations qui en profitent. En effet, les deux Chambres du Parlement bénéficient elles aussi d’un programme de renforcement des capacités des parlementaires en matière de législation et de contrôle financé par l’ambassade du Royaume-Uni. La Chambre des conseillers bénéficie, en outre, de l’aide logistique fournie par l’Agence américaine de développement international (USAID). Et enfin, il y a les dons en provenance des fonds et des fondations installées au Maroc et régis par la loi marocaine », nous a-t-il indiqué. Et de préciser : « Tous ces fonds sont sous la loupe de l’Etat qui contrôle tous leurs transferts via les voies administratives et juridiques (ministère de Finances, Cours des comptes) ou lors du dépôt par ces ONG de leurs bilans annuels auprès du SGG ».

Pour notre source, le débat sur les financements étrangers des ONG ne date pas d’hier et il s’inscrit dans un contexte régional particulier. « On se rappelle le débat soulevé sur ce sujet en Egypte en 2012, en Tunisie en 2013 et de la déclaration, en 2014, de notre ministre de l’Intérieur devant le Parlement et dans laquelle il avait indiqué que des associations marocaines recevaient des subsides étrangers pour servir un agenda étranger. Et cette déclaration avait été la goutte qui avait fait déborder le vase entre l’Etat et le ONG. Notamment celles qui œuvrent dans le domaine des droits de l’Homme et dont les positions, les analyses, les observations et les rapports concernant les libertés individuelles, l’égalité, … ne caressent nullement l’Etat dans le sens du poil », nous a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : « Une absurdité puisque l’Etat dispose des moyens administratifs et juridiques requis pour contrôler ces fonds. La question est de savoir s’il existe des zones d’ombre que l’Etat n’arrive pas à contrôler ou s’il y a autre chose qui le pousse à demander aux représentations diplomatiques et consulaires, aux représentations des organisations internationales et régionales et autres agences de développement de réagir comme prescrit par la note verbale du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération ».

Aziz Idamine va plus loin. Il estime que l’Etat sera le premier lésé par sa propre décision puisqu’il est le premier bénéficiaire de ces fonds étrangers. « La multiplicité des partenariats de la société civile marocaine avec les ONG étrangères, les organismes gouvernementaux et les ambassades a un impact diplomatique et politique d’une grande importance puisqu’elle donne du Maroc l’image d’un pays ouvert et respectueux des droits de l’Homme », nous a-t-il indiqué. Et de conclure : « Mais aujourd’hui, le Royaume renvoie une mauvaise image de lui avec de pareils agissements qui surviennent alors que la Tunisie, par exemple, vient de permettre l’installation sur son territoire de plusieurs associations étrangères. L’impact de la décision du MAEC sera aussi économique puisque l’Etat se privera de certaines ressources financières et de la création possible de certains postes d’emplois. Il faut rappeler que l’Etat traite les ONG comme des sociétés à responsabilité limitée (SARL) et les taxe lourdement ».

Le financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangèresLe financement étranger des ONG passe sous les fourches caudines des Affaires étrangères

Hassan Bentaleb
Mardi 11 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 428 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Appel à l’endiguement de l’extrémisme – 11/04/2017

Solidarité avec le peuple palestinien – 11/04/2017

Cancre parmi les cancres – 10/04/2017

Nomination d’un officier kazakh à la tête de la Minurso – 10/04/2017

Le président de la Chambre des représentants s’entretient avec l’ambassadeur du Chili au Maroc – 08/04/2017

Assurer au pouvoir judiciaire toutes ses lettres de noblesse – 08/04/2017

Forum parlementaire sur les enjeux et défis de la présence diplomatique du Maroc en Afrique – 07/04/2017

Le nouveau gouvernement a enfin vu le jour : Un Exécutif à 39 portefeuilles – 07/04/2017

Le dossier des droits humains nécessite une nouvelle approche – 07/04/2017

12345»1580

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Les recettes de Ziryab revisitées à Fès : Un festival de diplomatie culinaire du 27 au 30 avril 2017

Les recettes de Ziryab revisitées à Fès : Un festival de diplomatie culinaire du 27 au 30 avril 2017Les recettes de Ziryab revisitées à Fès : Un festival de diplomatie culinaire du 27 au 30 avril 2017
La deuxième édition du Festival de Fès de diplomatie culinaire aura lieu du 27 au 30 avril 2017 sous le thème «Diplomatie culinaire dans le monde méditerranéen, les recettes de Ziryab».

Lors de cette édition, le patrimoine gastronomique marocain, dans ses composantes arabo – andalouse, amazighe et judaïque, entrera en dialogue avec les traditions culinaires de l’Espagne, de la France et de l’Italie.

Le fil conducteur de ces échanges sera exprimé par le voyage du grand Ziryab, à la fois fondateur de la musique andalouse et créateur d’une tradition gastronomique encore vivante.

Fuyant Bagdad car son maître était devenu trop jaloux de son génie musical, Zyriab allait devenir non seulement le fondateur de la musique andalouse mais également un véritable arbitre du bon goût, à tous les niveaux, au même titre que Pétronne ou Brummel.

Le domaine culinaire s’intégrait, pour lui, dans une conception globale de l’art de vivre. Ses chroniques culinaires lui ont ainsi permis de révolutionner l’art gastronomique en Andalousie mais également dans toute l’Europe.

Symbole du métissage culturel, dont l’Islam a été l’agent le plus actif en Méditerranée pendant au moins 10 siècles, Ziryab comprit tôt que l’art de la table était propice à la diplomatie et à la paix.

Dans l’esprit de cet événement, la tradition gastronomique marocaine cherchera à faire revivre un patrimoine d’une grande richesse et d’une grande authenticité qui reste ouvert aux influences et saveurs des différentes cultures du monde et à une nouvelle dynamique créative.

Cette approche sera exprimée par les nombreux chefs internationaux participant au Festival comme ambassadeurs du patrimoine culturel gastronomique de leur pays.

La cheffe marocaine, Najat Kaanache, rencontrera cette année, des personnalités aussi diverses que sont Christian Têtedoie, chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Stefania Barzini, célèbre journaliste italienne, Oliel Makhlouf, grand chef cuisinier hébraïque et Fernando Pérez Fernández, grand chef espagnol à la tête de l’établissement «9 Balcones» de Huelva.

Au programme de cette deuxième édition, des dîners-débats seront organisés chaque soir et seront précédés par une création originale, artistique et musicale, inspirée du répertoire de Ziryab. Des projections de films, des expositions et des dégustations gratuites de produits du terroir auront également lieu quotidiennement.

H.T
Mardi 11 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 325 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

La créativité des femmes amazighes à l’honneur à Salé – 11/04/2017

Divers – 11/04/2017

Eliminer le stress pour mieux servir – 10/04/2017

Des médecins en conclave à Tanger – 10/04/2017

Divers – 10/04/2017

La cure de détox, une nouvelle mode qui séduit de plus en plus de Marocains – 07/04/2017

Un incendie coûte la vie à une famille à Salé – 07/04/2017

Coup de filet de la P.J à Khouribga Cinq malfaiteurs appréhendés – 06/04/2017

Divers – 06/04/2017

12345»679

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Rien n’est encore joué entre le FUS et le MAS

L’IRT se complique la tâche en Coupe de la CAF

Rien n’est encore joué entre le FUS et le MASRien n’est encore joué entre le FUS et le MAS
La confrontation cent pour cent marocaine entre le FUS et le MAS, comptant pour le match aller des huitièmes de finale bis de la Coupe de la CAF et disputée dimanche au Complexe Moulay El Hassan à Rabat, a tourné à l’avantage des locaux sur la marque de 2 à 1. Tandis que le troisième représentant du football national en cette C2 continentale, l’IRT, a été défait par 2 à 0, au stade 28 Septembre à Conakry, par la formation guinéenne du Horoya AC.

Rien n’est encore joué pour l’explication FUS-MAS et le retour programmé en fin de semaine s’annonce des plus délicats pour les deux protagonistes. Lors de ce premier acte qui a drainé un nombre important de spectateurs, le Fath est parvenu à tenir le match du bon bout, ouvrant la marque dès la 20ème minute de jeu par l’entremise du revenant Mohamed Fouzir sur penalty. Sauf que les Fassis, lauréats de cette épreuve en 2011, n’ont pas lâché le morceau et ont cru jusqu’au bout en leur chance, recollant au score alors que la partie s’acheminait vers sa fin. Ils ont réussi à égaliser à la 84ème mn suite à un tir de Koffi Boua détourné par le jeune défenseur du FUS, Naif Agred.

Le MAS n’a pu conserver ce résultat, puisque le FUS, reversé en cette Coupe de la CAF après avoir été éliminé en Ligue des champions par les Libyens d’Ahly Tripoli, a réussi à doubler la mise aux extra times par le réserviste Ahmed Jahouh.

Pour ce qui est de l’IRT qui en est à sa première participation à une compétition africaine, il aura fort à faire lors du match retour au Grand stade de Tanger. Remonter un retard de deux buts est difficile mais pas impossible, sachant que d’après le site cafonline.com, les protégés d’Abdelhak Benchikha ne sont sortis de leur torpeur qu’en seconde période alors qu’ils étaient menés au score par 2 à 0.

Il convient de signaler en dernier lieu que pratiquement l’ensemble des rencontres de cet ultime tour avant la phase de poules se sont achevées en faveur des clubs qui se produisaient à domicile sur des scores étriqués. Exception faite pour les deux formations tunisiennes du CS Sfaxien et du Club Africain, tombeurs respectivement en déplacement de RC Kadiogo du Burkina Faso et d’AS Port-Louis de Maurice sur la marque identique de 2 à 1.

Mohamed Bouarab
Mardi 11 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 285 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Le KACM à rude épreuve chez lui face au Raja – 11/04/2017

El Morabity et Barnes s’adjugent l’étape inaugurale du Marathon des sables – 11/04/2017

Mehdi Bennani décroche le podium au Grand Prix de Marrakech WTCC – 11/04/2017

Championnat – 11/04/2017

Divers sportifs – 11/04/2017

Le WAC retrouve la pole position – 10/04/2017

L’OCK se noie et la JSKT s’en sort – 10/04/2017

​Affaire Mendyl La FRMF répond au LOSC – 10/04/2017

Le coût réel des travaux réalisés au complexe sportif Mohammed V – 10/04/2017

12345»1708

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Cancre parmi les cancres


Avec sa 136ème place sur 175 en termes de durée moyenne de scolarité, l’enseignement marocain n’a pas de quoi être fier

Cancre parmi les cancresCancre parmi les cancres
Encore une mauvaise note pour notre système d’éducation. Il est classé à la 136ème place sur 175 au niveau des pays par durée moyenne de scolarité. Une récente étude du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) a indiqué que l’espérance de vie scolaire d’un enfant marocain dans le primaire ne dépasse pas 5 ans, six mois et quatre jours alors que la durée moyenne est de six ans. Des statistiques internationales rapportent que cette durée dépasse les six ans dans les trois quarts des pays au monde voire 12 ans dans certains autres.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), le terme d’espérance de vie scolaire renvoie au pourcentage des membres de la population âgée de 15 ans et plus qui savent à la fois lire, écrire et comprendre un texte simple et court sur leur vie quotidienne. En général, on entend par “alphabètes” les personnes qui savent non seulement lire et écrire, mais encore compter, c’est-à-dire faire des calculs arithmétiques simples. Ce concept sert à indiquer le résultat cumulatif du travail accompli par l’enseignement primaire et par les programmes d’alphabétisation pour inculquer les compétences de base à la population, lui permettant ainsi de les appliquer dans la vie quotidienne et de continuer à apprendre et à communiquer en faisant usage de l’écrit.

D’après le document du CSEFRS, la région de Marrakech-Safi est considérée comme le territoire où l’on enregistre le taux le plus faible d’espérance de vie scolaire avec 4,76 ans et le taux le plus fort d’inégalité d’accès à l’éducation avec 0,58%. La région de Laâyoune-Sakia El Hamra arrive en tête au niveau national en matière de durée de scolarité et d’égalité d’accès à l’éducation avec des taux respectifs de 0,42% et 7,2%, ce qui place cette région au niveau international à la 134ème position pour ce qui est de la durée de scolarité et à la 117ème quant à l’égalité d’accès à l’éducation. La région de Casablanca-Settat occupe la deuxième place suivie des régions de Rabat-Salé-Kénitra et Guelmim-Oued Noun.

Au niveau des communes, l’étude du CSEFRS a indiqué que le taux de durée de scolarité varie d’une collectivité à l’autre allant jusqu’à 11,66 années de différence. En détail, ce taux est estimé entre 9 et 12 ans dans sept communes, à savoir l’arrondissement d’Agdal (Fès), Harhoura (Témara), Roches Noires et Maârif (Casablanca), Hassan, Souissi et Agdal-Ryad (Rabat). Ce dernier arrondissement est le premier au niveau national en matière d’égalité et de durée de scolarité.

Certaines communes sont classées au bas du tableau avec un taux de durée de scolarité ne dépassant pas une année. Ce sont les cas de Tahlount Oussyas dans la province d’Essaouira, de Bouboud Amdlan dans la province de Chichaoua, Oulad Mansour à Tétouan, Bouchin dans la province de Figuig et Oulad Mohamed dans la province de Taourirt. L’étude a précisé que ce taux est trois fois plus faible que celui des pays où sévit la guerre civile.

Des chiffres qu’il faut prendre avec précaution notamment à titre comparatif entre les pays. L’Unesco précise que ni la durée de l’année scolaire, ni la qualité de l’enseignement ne sont nécessairement les mêmes partout. De plus, comme cet indicateur ne tient pas compte directement du redoublement, il n’est pas comparatif au niveau des pays où le passage à la classe supérieure est automatique et ceux où le redoublement est permis.

Par ailleurs, il y a lieu de souligner que dans certains pays, les effectifs scolarisés ne dépendent pas des nombreuses formes d’apprentissage et de la formation continue. Pour toutes ces raisons, l’Unesco considère qu’il convient d’interpréter ce facteur à la lumière d’autres indicateurs complémentaires, en particulier le pourcentage de redoublement.

Hassan Bentaleb
Lundi 10 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 315 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Nomination d’un officier kazakh à la tête de la Minurso – 10/04/2017

Le président de la Chambre des représentants s’entretient avec l’ambassadeur du Chili au Maroc – 08/04/2017

Assurer au pouvoir judiciaire toutes ses lettres de noblesse – 08/04/2017

Forum parlementaire sur les enjeux et défis de la présence diplomatique du Maroc en Afrique – 07/04/2017

Le nouveau gouvernement a enfin vu le jour : Un Exécutif à 39 portefeuilles – 07/04/2017

Le dossier des droits humains nécessite une nouvelle approche – 07/04/2017

Abdelhamid Fatihi : Notre première attente est que le programme du nouveau gouvernement comporte des mesures sociales en faveur des classes défavorisées et ouvrière – 07/04/2017

Nora El Janati choisie membre du Conseil arabo-africain pour l’intégration et le développement – 07/04/2017

Commémoration des évènements du 7 avril 1947 à Casablanca – 06/04/2017

12345»1580

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Le cerveau des super-seniors reste plus jeune

Le cerveau des super-seniors reste plus jeuneLe cerveau des super-seniors reste plus jeune
Le cerveau de certains « super-seniors » vieillit plus lentement, perdant moins de volume que la majorité des personnes âgées, préservant plus longtemps leurs capacités cognitives, ont constaté des chercheurs, espérant ainsi mieux comprendre la dégénérescence mentale liée au vieillissement.

Ces scientifiques dont les travaux sont parus mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) ont découvert que ces « super-seniors » de 80 ans et plus, avaient un cortex cérébral nettement plus épais que la moyenne.

Cette matière grise qui recouvre les deux hémisphères cérébraux est le siège de la pensée, de la mémoire, de la vision et des autres informations sensorielles.

Pendant les dix-huit mois de l’étude, les « super-seniors » ont subi une perte de volume de leur cortex cérébral deux fois moins rapide que les autres sujets et affichaient, à plus de 80 ans, une mémoire aussi vive que des sujets de 50 à 65 ans.

« Vieillir s’accompagne souvent d’un déclin cognitif ou dans certains cas de démence », relève Amanda Cook, une chercheuse en neuropsychologie clinique à l’Université Northwestern de Chicago, l’une des auteurs de cette étude.

« Le groupe de +super-seniors+ laisse penser que le déclin cognitif avec l’âge n’est pas inévitable », pointe-t-elle.

Ces chercheurs ont soumis 24 « super-seniors » et douze personnes du même âge d’un niveau de formation comparable à un IRM du cerveau pour mesurer l’épaisseur de leur cortex et déterminer l’évolution de leur santé cérébrale au cours d’une période de dix-huit mois.

Au bout d’un an, la réduction de l’épaisseur du cortex était de 1,06% chez les « super-seniors » contre 2,24% dans le groupe de contrôle.

« Nous avons constaté que les +super-seniors+ étaient plus résistants au taux normal de déclin du cerveau que nous observons dans la moyenne des personnes âgées », explique Emily Rogalski, professeure adjointe de neurologie cognitive à la faculté de médecine de l’Université Northwestern et principale auteure de ces travaux.

Libé
Lundi 10 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Insolite : ​Course des nanovoitures – 10/04/2017

Les 50 acteurs les plus rentables d’Hollywood : HARRISON FORD – 08/04/2017

Le cerveau des super-seniors reste plus jeune – 08/04/2017

Insolite : Course des nanovoitures – 08/04/2017

Quand la star sud-coréenne du hockey a le coeur qui penche au Nord – 08/04/2017

Un tiers des spectateurs au cinéma ont plus de 50 ans – 07/04/2017

Grâce au « chansigne », des sourds accèdent au plaisir des concerts – 07/04/2017

Insolite : De la prison pour un pilote ivre – 07/04/2017

Des nouveau-nés plus légers à cause de la pollution au charbon – 06/04/2017

12345»993

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

L’ensemble Mezzotono surprend de nouveau le public casablancais


Le quintette vocal italien offre un magnifique concert a cappella devant un public nombreux

L’ensemble Mezzotono surprend de nouveau le public casablancaisL’ensemble Mezzotono surprend de nouveau le public casablancais
Le pari est réussi pour la formation italienne Mezzotono. Pour sa seconde prestation à Casablanca, en l’espace de six ans, le quintette vocal a offert un spectacle digne de sa réputation devant un public encore plus nombreux que lors de sa précédente prestation.

Mezzotono s’est produit récemment a cappella à la salle du Théâtre du Consulat général d’Italie à Casablanca dans une ambiance dont seuls ses membres connaissent le secret, devant un public tout aussi enthousiaste que réceptif.

Il faut dire que le groupe, qui s’y était déjà produit en décembre 2010, donnait ce soir-là un concert sous le signe « Made in Italy », entièrement réalisé a cappella avec une maitrise et une dextérité déconcertante.

Fabio Lepore (ténor et leader du groupe), Daniela Desideri (soprano), Luciana Zanfino (mezzo-soprano), Andrea Maurelli (basse vocale) et Maurizio Semeraro (baryton) ont agréablement agrémenté la soirée reproduisant avec ingéniosité le son des différents instruments musicaux.

Comme l’a souligné dans son mot introductif la présidente de la Dante A Alighieri, Marina Sganga Menjour, le quintette est considéré comme un des meilleurs ensembles vocaux italiens. Un groupe qui s’est fixé comme but de répandre la «tradition et la culture italiennes à travers une clé différente et musicalement très particulière », a-t-elle rappelé.

Il est à souligner qu’au cours de cette soirée, articulée autour de titres représentant des périodes très différentes de la culture musicale italienne, le public a apprécié à sa juste valeur tout le bien que l’on pense de cet ensemble qui a interprété une douzaine de chants dans une variété de rythmes et de styles particulièrement intéressants.

Durant près de deux heures, Mezzotono a animé les lieux, offrant un spectacle de pop, jazz, bossa nova, mambo allant de celles en Pouilles jusqu’aux plus célèbres chansons du répertoire classique italien.

Face à la prouesse de ses membres, le groupe expliquait dans un entretien accordé à notre rédaction en 2010 que « le grand travail consistait à étudier, maîtriser et harmoniser les sonorités qu’on veut reproduire sur scène en tenant compte des capacités des uns et des autres ».

Dans cet entretien, l’ensemble concédait que cela n’est pas un exercice facile, mais qu’à force de travailler et avec l’expérience, ils étaient parvenus à maitriser les sons de la plupart des instruments. Ce dont s’est effectivement rendu compte le public qui a ainsi savouré des sonorités d’une grande beauté et apprécié les capacités vocales de chacun des membres du groupe.

Rappelons, en effet, que le spectacle «Made in Italy ! Mezzotono» est réalisé entièrement sans instruments, ni accompagnement de la chorale. Les cinq musiciens reproduisent les instruments musicaux avec une variété de rythmes et un sens comique qui transforme le concert en un spectacle participatif.

Soulignant le professionnalisme des chanteurs qui composent le quintette, le leader de la formation Mezzotono, Fabio Lepore, a affirmé que pour chanter a capella, on «doit avoir une très bonne intonation et pas seulement une excellente voix».

A propos du répertoire du groupe, il a expliqué que «nous avons décidé de n’interpréter que des chansons en dialecte italien pour être plus original. Ceci dit, le choix des chants est fait en pensant à la voix du chanteur qui l’interprétera ».

A la question de savoir s’il y a un genre plus approprié au concert de musique a capella, Fabio Lepore répond en ces termes : «Non, il n’y a pas vraiment une différence. Cela dit, dans un concert d’une heure et demie, nous préférons proposer une palette de genres musicaux afin que le public apprécie comme il se doit notre travail. Par ailleurs, chaque membre du groupe a un penchant pour un genre particulier, ce que nous essayons de respecter».

A noter que cette soirée a été organisée par le Consulat général d’Italie à Casablanca et Dante Alighieri en collaboration avec l’Institut italien de Rabat. Le lendemain, le groupe s’est produit à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) à Rabat dans une ambiance tout aussi intense.

Alain Bouithy
Lundi 10 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 237 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Mustapha El Ktiri appelle à préserver la mémoire historique en tant que capital immatériel et composante de l’identité marocaine – 10/04/2017

“B-Flat” remporte le Grand prix du Cap Spartel Film Festival – 10/04/2017

Chefchaouen à l’heure de son 32ème Festival national de la poésie marocaine moderne – 10/04/2017

Bouillon de culture – 10/04/2017

Georges Wassouf, Mohamed Al Salem et Hussein El Deek en concert au Festival Mawazine – 08/04/2017

Projection à Copenhague du film marocain “A Mile in my shoes” – 08/04/2017

Présence significative des films marocains à la première rencontre du cinéma de la société – 08/04/2017

Seize ans après, Amélie Poulain revient à Broadway – 08/04/2017

Bouillon de culture – 08/04/2017

12345»1210

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito