Marrakech, une ville à visiter

La ville marocaine de Marrakech figure dans la liste des 20 villes à visiter absolument par le quotidien Le Monde cette année. Marrakech a également été sélectionnée dans le cadre des 52 destinations mondiales à ne pas manquer en 2019. Fondant sa décision sur trois critères fondamentaux, culture, prix et climat, le classement du Maroc a été établi par les agences de voyages participantes et les voyagistes français, a déclaré le journal. Marrakech a été choisie en raison de plusieurs facteurs, dont la sécurité, des hôtels remarquables et un aéroport ultramoderne qui a été rénové et doté d’un nouveau terminal à la veille de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22). tenue dans la ville en novembre dernier. « Le Maroc, qui a été méprisé à cause de l’instabilité dans toute la région, revient en force », a expliqué le directeur de Kayak.fr, John-Lee Saez. Oman occupe la première place dans le classement du Monde pour son charme, son patrimoine et ses paysages naturels bien entretenus et a été félicité par le quotidien « Destination authentique. » Le New York Times a classé Marrakech parmi les 52 destinations internationales à ne pas manquer en 2019, avec le Jardin Majorelle à l’honneur.

marrakech

Les dauphins en profondeur

Comme les plongeurs, les dauphins courent le risque de maladie de décompression, plus communément appelée «les coudes». Lorsque vous plongez à l’air comprimé, l’azote se diffuse dans le sang. Il est essentiel de remonter lentement pour que le gaz puisse se dissoudre naturellement. Si vous faites surface trop rapidement, la chute soudaine de pression entraîne la formation de bulles d’azote dans le sang, ce qui peut provoquer des douleurs articulaires, des vertiges, des difficultés à marcher ou dans les cas extrêmes, un coma ou la mort. Des études antérieures ont montré que c’est la structure pulmonaire unique du dauphin qui le protège de la maladie. Ces créatures marines intelligentes ont des poumons pliants; Lorsque soumis à une pression immense, comme une plongée de 1 000 mètres, un compartiment pulmonaire s’effondre et l’autre reste ouvert pour permettre l’échange de gaz. La théorie de Fahlman est que les dauphins peuvent rediriger le flux sanguin vers le compartiment effondré, ce qui limiterait l’accumulation de bulles d’azote. «Nous suggérons qu’ils utilisent des méthodes complètement différentes de gestion des gaz, ne se contentant pas de compter sur effondrement des poumons comme suggéré précédemment », dit Fahlman. « Contrairement aux mammifères terrestres, ils peuvent envoyer du sang dans des régions des poumons qui n’échangent pas de gaz. » Les chercheurs n’ont pas compris pourquoi les dauphins du large se lancent dans des voyages aussi profonds en haute mer, mais Fahlman affirme que cela pourrait être dû aux changements dans les endroits où les proies peuvent être trouvées en raison du réchauffement de la planète. Au fond, au moins les dauphins ont encore accès à des repas qui se cachent loin sous la surface, comme des calmars. Cependant, selon Fahlman, ce pouvoir de plonger pourrait donner aux dauphins le meilleur parti face au changement climatique – contrairement à d’autres animaux marins en voie d’extinction dont les environnements continuent de disparaître. «Un dauphin peut faire beaucoup pour survivre», dit-il. «Peu importe les dommages que nous causons à l’environnement, ils peuvent adapter beaucoup de choses qu’ils font tout en survivant.» Plus d’information sur ce de nage avec les dauphins en Méditerranée en surfant sur le site internet de l’organisateur.

Cela gronde à Jerada

Au Maroc, le chef du gouvernement, Saad Eddine el Othmani s’est rendu dans la région de l’Oriental, dans le nord-est du pays, samedi 11 février, pour annoncer une batterie de mesures en faveur de Jerada. La ville est secouée depuis plus d’un mois par un mouvement de contestation déclenché par la mort de deux mineurs clandestins. Les manifestations ont repris après un nouvel accident mortel dans un puits de charbon, la semaine dernière. Ancien bassin minier, Jerada n’a pas opéré sa reconversion économique, depuis la fermeture de la grande mine, il y a 20 ans, mais l’activité clandestine s’est poursuivie. Sur place, les annonces du chef du gouvernement ont reçu un accueil mitigé. Ouverture de mines conventionnelles de plomb et de zinc, reconversion de la zone en région agricole, facilitation de l’accès à la propriété pour les anciens ouvriers et surtout la suspension des permis de commercialisation du charbon… plusieurs mesures ont été annoncées par le Premier ministre marocain. Autre source d’inquiétude, selon les militants, aucune annonce n’a été faite autour de l’une de leurs principales revendications, à savoir le lancement d’une enquête pour juger les responsables de la situation économique désastreuse de la ville. Ce sont eux qui doivent rendre des comptes, nous dit-on. Le porte-parole du gouvernement de Saâdeddine El Othmani, Mustafa El Khalfi, a annoncé, jeudi 28 décembre, que le gouvernement est préoccupé par ce qu’il se passe et essaie d’accélérer le travail sur plusieurs projets en court pour Jerada. Mais ces déclarations ne semblent pas capables de convaincre les manifestants de la ville qui continuent à protester, ce vendredi 29 décembre, pour le huitième jour consécutif, contre les conditions de vie dans leur ville. La visite des responsables gouvernementaux à Jerada, cette semaine, n’a pas, non plus, réussi à arrêter les manifestations des milliers d’habitants de la ville, en majorité des jeunes. Ils portent le drapeau marocain, et parfois le portrait du roi, brandissent toujours les mêmes slogans : ils réclament du travail, de la dignité et ils dénoncent la marginalisation.

Maroc – USA: des ordis dans l’avion

L’interdiction de transporter en cabine des ordinateurs portables et autres appareils électroniques sur les vols directs entre le Maroc et les Etats-Unis sera levée jeudi, annonce mercredi la compagnie Royal Air Maroc dans un communiqué. RAM est la seule compagnie marocaine à assurer des vols directs vers les Etats-Unis, entre l’aéroport Mohamed-VI de Casablanca et New York et Washington D.C.. Les Etats-Unis ont interdit le 25 mars dernier les ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les vols en provenance de dix aéroports dans huit pays – Egypte, Maroc, Jordanie, Emirats arabes unis, Arabie saoudite, Koweït, Qatar et Turquie -, redoutant que ces appareils soient utilisés pour dissimuler des explosifs. RAM ne précise pas pourquoi les restrictions ont été levées mais le département américain de la Sécurité intérieure a déjà supprimé les restrictions frappant six autres compagnies aériennes après l’adoption par ces dernières de nouvelles mesures de sécurité, notamment pour détecter les explosifs. Mardi, le département américain a fait savoir qu’il examinait les requêtes déposées par les trois compagnies encore visées par l’interdiction, RAM, EgyptAir et Saudi Arabian Airlines. EgyptAir a dit s’attendre à voir les restrictions levées mercredi, et Saudia à ce que l’interdiction soit supprimée sur les vols en provenance de Djeddah et Ryad à partir du 19 juillet. Fin juin, les autorités américaines ont exigé de nouvelles mesures de sécurité dans d’autres aéroports pour éviter d’étendre ces restrictions à d’autres pays. Ces mesures, qui devraient entrer en vigueur vers la mi-juillet, affecteront 180 compagnies aériennes opérant dans 280 aéroports de par le monde. Source : Séminaire USA.

L’armée marocaine se renforce

L’armée marocaine serait en discussions très avancées avec la Russie pour l’acquisition de sous-marins russes « Amur 1650 » à propulsion diesel-électrique et du chasseur-bombardier tactique sukhoi-34, rapporte l’agence de presse russe Tass, citée par Defense World. « Apparemment, Rabat a besoin d’armes perfectionnées pour la lutte contre les terroristes, mais les experts présument qu’une confrontation avec l’Algérie est une raison plus probable», indique Defense World. Selon une parution du mois d’août du quotidien Al Massae, citée par le360.ma, l’exportation de l’Amur 1650 est prévue pour 2020. Ce sous-marin de quatrième génération « renforcera davantage les capacités navales de la Marine royale marocaine, d’autant plus que l’insubmersible russe est capable de porter des missiles Cruz ». Pour ce qui est des Sukhoï-34, ils permettront aux Forces Royal Air (FRA) de préserver leur hégémonie aérienne à l’échelle régionale, précise Al Massae, avant de rappeler qu’ils ont déjà fait leurs preuves dans les offensives menées par l’aviation russe en Syrie. Cette coopération entre Rabat et Moscou s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie de commercialisation d’armements lourds de la Russie, qui considère d’ailleurs le royaume chérifien comme un marché prioritaire. Le Maroc serait très intéressé par l’avion de combat Joint Fighter-17 (JF-17), fruit de la coopération entre la Chine et le Pakistan. Le Royaume est décidé à renforcer son armement. En effet, selon Bladi.net, le Maroc serait très intéressé par l’avion de combat Joint Fighter-17 (JF-17), fruit de la coopération entre la Chine et le Pakistan. Cet avion doit être présenté cette semaine à Marrakech. Le site marocain indique qu’une délégation pakistanaise de haut niveau doit se rendre à Marrakech dans le cadre de la 5ème édition de l’International Marrakech Air Show qui se déroule du 27 au 30 avril prochain. L’information a été rapportée par le journal Al Massae. Le Pakistan va présenter cet avion de combat multi-rôle, mono-réacteur et le Maroc s’est dit très intéressé, affirment des sources citées par le journal qui croit savoir que le Pakistan veut faire du Maroc une plateforme de lancement pour la conquête de l’Afrique. En 2010, le royaume avait déjà montré son intérêt, lors du Salon aéronautique de Singapour mais sans pour autant donner suite. Avec cette acquisition, le Maroc pourrait espérer gagner quelques places dans le classement des nations les plus puissantes du point de vue militaires. Dans le classement 2014 de Global Firepower des puissances militaires à l’échelle africaine, l’Algérie occupait la 2ème place, derrière l’Egypte. Le Maroc n’était qu’à la 7ème place du classement africain. Source: vol en avion de chasse.

Marrakech, top destination pour 2017

Marrakech se hisse encore dans le top des destinations « in » en 2017. Après le New York Times, qui classe la ville ocre parmi les 52 endroits à visiter cette année, c’est au tour du Monde de choisir la capitale touristique du royaume comme destination phare. Le quotidien français vient de dresser une liste de 20 destinations pour 2017. Avec le sultanat d’Oman, la Colombie, le Zimbabwe ou la Mongolie, Marrakech pourrait bien séduire les voyageurs étrangers cette année. Il faut dire que, depuis la COP22, la ville « reprend des couleurs », note le journal, qui rappelle que « l’aéroport s’est doté d’un nouveau terminal », que « les hôtels sont toujours plus nombreux » et que « le haut de gamme explose ». L’arrivée en force d’Airbnb, qui permet de se loger à moindre coût, et l’ouverture en octobre prochain du musée Yves Saint Laurent, sont également des bonnes raisons de venir à Marrakech, indique Le Monde. De manière générale, le Maroc, boudé ces dernières années à cause de l’instabilité régionale, « revient en force », selon John-Lee Saez, directeur du site de voyages Kayak.fr.

Le challenge de l’eau au Maroc

Le nouveau système tarifaire du Maroc sur le prix de l’eau se caractérise par un mode d’application à la fois sélectif et sévèrement progressif en vue de traiter la demande de pointe. En effet, chaque consommateur est amené par ce mode tarifaire à éviter de dépasser la limite supérieure de sa tranche habituelle de consommation. Le dépassement de la borne supérieure d’une tranche se traduit par un relèvement substantiel du montant de la facture d’eau. La SONEDE a élaboré plusieurs études pour mesurer la sensibilité des consommateurs aux variations des prix de l’eau. Tous les résultats obtenus mettent en évidence une sensibilité des usagers au prix de l’eau mais qui diffère d’une tranche de consommation à une autre. En effet, la réaction est particulièrement importante pour la tranche de consommation la plus élevée, où les coefficients d’élasticité avoisinent l’unité (e @ -1) pour tous les usagers gros consommateurs à l’exception de l’usage touristique où le coefficient se situe autour de e @ -0,3. Au fil des années, le résultat a été d’une part la «migration » des consommateurs des tranches élevées de tarif vers les tranches basses, et d’autres par le recours de certains usagers à une source d’approvisionnement en eau autre que celle de la SONEDE : forage, puits, citerne pluviale. Il y a quinze ans, les consommateurs de la tranche supérieure représentaient 3,3 % du total des abonnés en Tunisie tout en utilisant plus que la moitié de la consommation d’eau totale (51,6%), alors qu’en 1999 ils ne représentent plus que 1,8% du total des abonnés avec une part de consommation de 35% du total ; soit une chute de 17 points sous l’effet de la migration vers les tranches inférieures de consommation d’eau. La pose des compteurs individuels permet de quantifier séparément les consommations sur un même site et de formuler un diagnostic différencié par type d’usage. De ce fait, le suivi de consommation ainsi que l’identification des anomalies, par enregistrement des données peuvent être établis. La réglementation en vigueur en Tunisie stipule que chaque local doit être desservi individuellement par un branchement et donc par un compteur. Dans certains immeubles les consommations sont enregistrées par un compteur général, ce mode de gestion ne permet pas aux utilisateurs de l’eau de prendre connaissance de leurs consommations réelles, et par conséquent d’adopter des comportements plus économes en matière d’utilisation de l’eau. De plus, les fuites constatées sur les équipements sanitaires et sur les installations passent par des parties communes ne sont pas réparées avec la diligence nécessaire. En Tunisie, cette opération est encouragée par la SONEDE en offrant la possibilité de paiements du coût d’installation des compteurs individuels sur plusieurs tranches trimestrielles s’étalant sur 8 ans au maximum. Le comptage individuel est un moyen très efficace pour lutter contre le gaspillage, en responsabilisant les occupants de chaque logement. Une analyse faite sur des échantillons choisis dans les villes de Tunis, Bizerte et Jendouba a montré une nette régression des consommations totales par immeuble suite à l’installation de compteurs individuels. La baisse de la consommation enregistrée varie de 32% à Tunis à 40% à Bizerte et Jendouba. Source: challenge commercial.

Avec les dauphins à Agadir

Il y a quelques jours, je me suis vu offrir la possibilité de concrétiser un incroyable rêve de gosse : nager avec des dauphins à Agadir. Une aventure délirante, et que je ne suis pas près d’oublier ! Mais j’ai plutôt envie de présenter ici ce que j’ai appris sur les dauphins, et de source sûre, puisque j’ai appris tout cela de la bouche même de l’organisatrice. Le dauphin est, comme on le sait, l’un des animaux préférés des petites filles. Comment pourrait-on, après tout, ne pas être fan de ce gros poisson qui sourit jusqu’aux oreilles, est très sociable, et aime faire des cabrioles ? Impossible de résister à tel charme, à un tel cabotineur ! Mais en vrai, la réalité se révèle être loin, très loin de cette image d’Epinal. Ils ont certes l’air innocents, quand leur petite tête émerge de l’eau. Mais dès lors qu’on entre dans leur élément, on constate déjà qu’ils sont bien plus que ça : ils sont plus grands, plus gros, et bien plus puissants qu’un homme. Beaucoup plus. Je me suis pris un coup de nageoire pendant que je nageais avec eux et je peux vous dire que ça m’a fait un sacré bleu ! Et là, ce n’était qu’un coup donné par erreur. Il faut aussi savoir que le dauphin est loin d’avoir un comportement pacifique, comme on le pense trop souvent. Les dauphins peuvent en fait devenir extrêmement agressifs. La guide m’a d’ailleurs confié qu’il faut éviter de nager avec eux quand ils étaient en chaleur : c’est tout simplement trop périlleux ! Elle m’a notamment dit que les dauphins ont l’honneur d’être, avec les hommes, les seuls animaux à exercer… le viol en bande organisée ! Des groupes de dauphins mâles s’associent en effet souvent pour « braconner » en groupe, enlever une femelle parfois pendant plus d’un mois et copuler avec elle les uns après les autres ! Il est probable que si vous aviez su cela étant enfant, vous n’auriez pas regardé Flipper de la même façon ! Mais, malgré cela, je continue à être remué quand je repense à ce moment ahurissant où je me suis retrouvé à nager avec eux à Agadir. Les dauphins sont sans doute violents, mais ils n’en restent pas moins charmants ! Si cela vous intéresse, je vous laisse le lien pour en savoir plus sur cette expérience de nage avec les dauphins.

11084855_256445494687294_78791997_n

En direct de Marrakech

Cette semaine, je suis allé à Marrakech pour y suivre mon troisième colloque de l’année. Cet épisode m’a motivé à vous parler, non pas du thème de ce colloque, mais de ce genre d’événement de manière générale. Accoutumé aux colloques depuis de nombreuses années, j’ai été amené à en suivre un paquet au fil de mes différentes expériences. Et si je ne remets pas en cause la valeur qu’ils peuvent avoir (j’ai eu l’occasion de participer à quelques-uns qui étaient véritablement formidables), j’en suis venu à m’apercevoir que deux problèmes y reviennent couramment, et ont tendance à détruire tous les bienfaits de ces événements. Le plus courant réside dans le fait de perdre de vue le propos de l’événement. Comme tout ce qui a tendance à devenir un automatisme, ce genre d’événement est devenu une habitude si normalisée au sein des entreprises que les dirigeants en viennent à négliger la raison d’être de ces journées. Ils se creusent donc la cervelle pour dénicher le meilleur projet de colloque, sélectionner des destinations de rêve ou mettre en avant des activités artistiques inédites. Mais les nombreuses possibilités leur font généralement oublier l’objectif premier de ces rencontres entre collègues. Parce qu’au départ, les colloques et les séminaires d’entreprise en général ont comme objectif de permettre aux collaborateurs d’apprendre à se connaître. Le but est de favoriser le dialogue entre employés mais aussi entre responsables et employés, en plaçant ses équipiers dans un contexte inhabituel. Un événement d’entreprise qui ne se focalise plus sur cet objectif a rapidement tendance à devenir un simple amusement, une pause récréation dans la vie de l’employé, sans le moindre bénéfice à long ou à moyen terme. La seconde erreur, récurrente elle aussi, est l’effet bling bling auxquels cèdent de nombreux responsables. Afin d’épater, ces derniers tendent en effet à privilégier les sports mécaniques (Jeep, 4×4, jet ski…), qui sont excessivement coûteux et ne produisent en outre pas une vraie valeur ajoutée. Les activités, aussi stupéfiantes qu’elles soient, demeurent en effet assez solitaires et n’invitent pas au dialogue (difficile de discuter quand on est sur un jet ski). Et j’ai participé au final à des colloques beaucoup plus lucratifs en matière de cohésion de groupe où l’on se contentait pourtant d’une simple promenade à pieds entre deux conférences. En quoi le fait d’être chacun sur son jet ski contribue-t-il à resserrer les liens des participants ? Et l’événement ne passe-t-il pas à côté d’un de ses objectifs, avec une telle activité ? Pour finir sur une note positive, je vous mets le lien vers le site de l’agence qui a organisé le meeting à Marrakech : mon employeur fait appel à elle depuis 2 ans et force m’est de reconnaître que les événements organisés ont grandement gagné en qualité depuis. Suivez le lien pour le site de l’organisateur du séminaire à Marrakech.

11386529_881089208595532_1250966980_n

Visiter Accra

région de l’Afrique est la région la plus déclaré visité et aimé autant que le tourisme est concerné. Les touristes du monde entier visitent cette région en hordes en prenant leurs vols dans différentes villes d’Afrique. Accra est l’une des plus belles villes d’Afrique à visiter. Accra est la capitale du Ghana. Les touristes du monde comme Accra pour ses belles plages, des sites de l’esprit souffle et un climat agréable. Accra Ghana sert de capitale depuis 1877. Le Ghana est très vieux pays avec la civilisation antique. Le Ghana a été connu dans le passé comme la côte de l’or parce britanniques, néerlandais, allemands et français utilisent ce pays pour leur commerce de l’or. Être la colonie de l’Empire britannique ce pays mis la main sur de nombreux bâtiments qui reflètent la culture des gloires britanniques. Bidonville de Accra est célèbre pour son mélange de mélange de bâtiments anciens et nouveaux. Novatel Hôtel qui est hôtel cinq étoiles et détenue par le français est l’un des meilleurs bâtiments à l’architecture splendide.

 

Le Ghana a huit districts. Accra est la plus grande avec la population de plus de 4 millions d’habitants. Les célèbres endroits à visiter à Accra comprennent Théâtre National, le Musée National, la Bibliothèque nationale, Nkrumah Khawame musée, château, hôtel Novatel, James Fort, Fort Light House, Independence Arc, Place de l’Indépendance et de Makola Market, La Pleasure Beach, cette plage est également connue que la plage de Labadie, plage kakrobite, Coco beach, la plage et la plage Bojo Elmina. Les touristes de partout dans le monde par le livre de choix de leurs vols à Accra de Londres et d’autres parties du monde d’avoir du plaisir et de la jouissance.

 

Accra est meilleur endroit dans toute la région de l’Afrique de payer célébrations de voyage ou d’un parti occasionnels. Le climat agréable de Accra est source d’inspiration et de fascination pour les touristes à visiter Accra en prenant leurs vols vers Accra par Royal Air Maroc et avoir du plaisir. Accra a observé deux saisons des pluies lourde de la saison des pluies et de la lumière la saison des pluies. Lourd saison des pluies tombe pendant les mois d’Avril à Juillet et de la lumière saison des pluies tombe pendant les mois de Septembre et Octobre. Des millions de voyageurs de réserver leurs sièges dans les vols pas chers à Accra avec Arik Air à profiter de leurs vacances.

 

 

 

 

Les touristes visitent Accra en prenant leurs vols vers Accra au départ de Londres et le reste du monde pour observer le climat agréable et avoir un regard sur les magnifiques sites de Accra. Vols pas chers à Accra avec Arik Air et les vols vers Accra par Royal Air Maroc sont conservés sur le fonctionnement de toutes les régions du monde pour répondre aux besoins des passagers de voyage.