Une esquisse à connotation foncièrement sociale

Le projet de loi de finances présenté devant le parlement


C’est avant-hier, dans la soirée, que Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des finances, a présenté  son premier jet du projet de loi de finances (PLF), pour le compte de l’année prochaine. Les membres des deux assemblées conjointes ont eu droit à l’ultime prestation budgétaire  de la présente législature, à moins d’une année de son expiration.

A première vue, il est signaler que le PLF mobilisera 189 milliards de DH à l’investissement public, dont 4 milliards de DH seront débloqués au profit des Régions fraichement mises en place dans le cadre du nouveau découpage, à la lumière des dispositions de la nouvelle loi suprême. D’autre part, on relèvera que le taux de croissance est à hauteur de 3 %, alors que l’inflation est de l’ordre de 1,7 %, compte tenu du baril à 61 dollars le baril.

On notera également dans le même sens que la mise en avant des diverses mesures fiscales au niveau du transport, notamment ferroviaire, ainsi que des denrées alimentaires, l’habitat,  auront des incidences positives sur le consommateur et l’utilisateur. C’est ainsi que, à titre d’exemple, les taxes sur l’habitat et les logements de moins de 150 m² ne seront pas prises en considération. Dans le même sens, le prix du loyer sera exonéré d’impôt à hauteur de 10%, ainsi que le profit émanant de la cession du domicile. Autre chose, pour réguler encore plus dans la logique, les rapports entre les interlocuteurs, en sanctionnant d’une manière équitable aussi bien les retards de paiement que  les refus.

Concernant la caisse  de compensation, elle atteint  quelque 14 milliards de DH en 2015, à fin septembre, dont 65% pour le gaz butane,  au regard d’un cours du baril à 55 dollars et d’un taux de change du dollar à 9,75 DH. Pour 2016, il est, en revanche, prévu  15,5 milliards de DH, soit 61dollars le baril. Il convient de  rappeler, toutefois, que la Caisse de compensation avait absorbé pas moins de 52 milliards de DH en 2012…

Il est à souligner aussi que toutes ces suggestions contenues dans le PLF sont marquées, à coup sûr, de fibres plutôt sociales, tout en maintenant les équilibres macroéconomiques. Cet effort considérable apparait très nettement au vu des enveloppes budgétaires consacrées aux secteurs sociaux, tels l’enseignement, la santé, l’habitat, l’emploi… qui connaissent des augmentations substantielles.