La Stratégie globale des Nations Unies présentée à El Jadida

Lutte contre le terrorisme


La Stratégie Globale des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, adoptée par consensus par tous les Etats Membres en 2006 et réaffirmée plus récemment en juin 2014, constitue une approche globale pour lutter contre le terrorisme, indique une note conceptuelle distribuée à la presse, en marge de la Conférence inaugurale de l’Initiative maroco-américaine sur la Sécurité des frontières (BSI) que le Maroc abrite, deux jours durant, à El Jadida.

 Reposant sur quatre piliers, cette stratégie fournit un cadre stratégique précieux pour que les Etats puissent élaborer des réponses globales de lutte contre le terrorisme, basées sur les droits de l’homme et les règles de droit. Le premier pilier de cette stratégie prévoit des mesures visant à éliminer les conditions propices à la propagation du terrorisme, alors que le deuxième pilier concerne des mesures visant à prévenir et à combattre le terrorisme.

Le troisième pilier prévoit des mesures pour renforcer la capacité des Etas à prévenir et à combattre le terrorisme ou encore à renforcer le rôle du système des Nations Unies à cet égard, alors que le quatrième pilier met en évidence les mesures visant à assurer le respect des droits de l’homme et la primauté du droit en tant que base fondamentale de la lutte contre le terrorisme, ce qui est également identifié comme étant essentielle pour toutes composantes de la Stratégie.

Depuis 2006, la mise en œuvre de la Stratégie a progressé grâce aux efforts des Etats membres, soutenus par les entités des Nations Unies. Cependant, davantage doit être fait, relève la note conceptuelle.

Dans la 4ème et plus récente revue, accomplie en juin 2014, l’Assemblée Générale a encouragé les Etats membres et les organisations régionales à élaborer et à développer davantage les plans nationaux, sous régionaux et régionaux et à renforcer la gestion des frontières dans le contexte de la prévention et la lutte contre le phénomène des « Combattants Terroristes Etrangers » (FTFs), un phénomène très pertinent pour les régions du Sahel et la Corne d’Afrique au sens large.

Des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité incluant 1373 (2001), 1624 (2005), 2129 (2013) et 2178 (2014) exigent également que les Etats renforcent la sécurité de leurs frontières internationales, ajoute la note, soulignant que certains Etats membres sont confrontés à des défis dans leurs efforts de mise en œuvre.

En 2011, le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT) a été créé au sein du bureau de l’Equipe spéciale de la lutte contre le terrorisme (CTITF), comme prévu dans la Stratégie antiterroriste mondiale et saluée par la résolution 66/10 de l’Assemblée Générale.

A rappeler que le Royaume du Maroc avait, à plusieurs reprises, exprimé son engagement quant à l’adoption de la stratégie antiterroriste mondiale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et à travailler avec tous les Etats, afin d’adopter une démarche transparente et renforcer les capacités des membres à lutter contre le terrorisme.

La conférence inaugurale de l’Initiative maroco-américaine sur « La sécurité des frontières », organisée en collaboration avec le Global Counter Terrorism Forum (Forum Mondial pour la lutte contre le terrorisme) (GCTF) et le Centre des Nations Unies contre le terrorisme (CCT), a ouvert ses portes, mardi à El Jadida, avec la participation de plus de trente pays.

Cette manifestation se veut une plateforme pour échanger, discuter et analyser des lacunes ayant trait au terrorisme et à la sécurité des frontières, mais aussi pour partager les bonnes pratiques de la gestion coopérative des frontières.