Le cerveau des super-seniors reste plus jeune

Le cerveau des super-seniors reste plus jeuneLe cerveau des super-seniors reste plus jeune
Le cerveau de certains « super-seniors » vieillit plus lentement, perdant moins de volume que la majorité des personnes âgées, préservant plus longtemps leurs capacités cognitives, ont constaté des chercheurs, espérant ainsi mieux comprendre la dégénérescence mentale liée au vieillissement.

Ces scientifiques dont les travaux sont parus mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) ont découvert que ces « super-seniors » de 80 ans et plus, avaient un cortex cérébral nettement plus épais que la moyenne.

Cette matière grise qui recouvre les deux hémisphères cérébraux est le siège de la pensée, de la mémoire, de la vision et des autres informations sensorielles.

Pendant les dix-huit mois de l’étude, les « super-seniors » ont subi une perte de volume de leur cortex cérébral deux fois moins rapide que les autres sujets et affichaient, à plus de 80 ans, une mémoire aussi vive que des sujets de 50 à 65 ans.

« Vieillir s’accompagne souvent d’un déclin cognitif ou dans certains cas de démence », relève Amanda Cook, une chercheuse en neuropsychologie clinique à l’Université Northwestern de Chicago, l’une des auteurs de cette étude.

« Le groupe de +super-seniors+ laisse penser que le déclin cognitif avec l’âge n’est pas inévitable », pointe-t-elle.

Ces chercheurs ont soumis 24 « super-seniors » et douze personnes du même âge d’un niveau de formation comparable à un IRM du cerveau pour mesurer l’épaisseur de leur cortex et déterminer l’évolution de leur santé cérébrale au cours d’une période de dix-huit mois.

Au bout d’un an, la réduction de l’épaisseur du cortex était de 1,06% chez les « super-seniors » contre 2,24% dans le groupe de contrôle.

« Nous avons constaté que les +super-seniors+ étaient plus résistants au taux normal de déclin du cerveau que nous observons dans la moyenne des personnes âgées », explique Emily Rogalski, professeure adjointe de neurologie cognitive à la faculté de médecine de l’Université Northwestern et principale auteure de ces travaux.

Libé
Lundi 10 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Insolite : ​Course des nanovoitures – 10/04/2017

Les 50 acteurs les plus rentables d’Hollywood : HARRISON FORD – 08/04/2017

Le cerveau des super-seniors reste plus jeune – 08/04/2017

Insolite : Course des nanovoitures – 08/04/2017

Quand la star sud-coréenne du hockey a le coeur qui penche au Nord – 08/04/2017

Un tiers des spectateurs au cinéma ont plus de 50 ans – 07/04/2017

Grâce au « chansigne », des sourds accèdent au plaisir des concerts – 07/04/2017

Insolite : De la prison pour un pilote ivre – 07/04/2017

Des nouveau-nés plus légers à cause de la pollution au charbon – 06/04/2017

12345»993

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito