Le PPS décline sa vision pour réussir le chantier de la Régionalisation avancée via une nouvelle dynamique des collectivités territoriales

Pour une nouvelle dynamique des collectivités territoriales

Le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a décliné une série d’engagements et de propositions pour réussir le grand chantier de la Régionalisation avancée via une nouvelle dynamique des collectivités territoriales fondées sur l’appropriation de nouvelles prérogatives, la démocratie participative et la consécration de la bonne gouvernance.

Dans un document intitulé  »Plateforme électorale du PPS pour les élections régionales et locales de 2015 : Nos propositions et engagements », le Parti estime qu’il s’agit enpremier lieu de rénover et réhabiliter la démocratie locale, gagner la confiance des citoyens par une nouvelle gouvernance démocratique et répondre aux besoins de leur vie quotidienne par la gestion de proximité.

« Le nouveau contexte et les nouvelles compétences des collectivités territoriales nécessitent des élus de type nouveau. Les candidats du PPS travailleront à promouvoir le rôle nouveau des élus, celui d’élus-stratèges qui, en plus de la gestion de proximité en réponse aux problèmes quotidiens des citoyens, doivent élaborer une vision collective et partagée du territoire (Région, ville ou commune), orienter les interventions par le recours à la planification stratégique, mobiliser les ressources, multiplier les partenariats et soumettre leur action à l’évaluation permanente », souligne le document.

Il s’agit de faire jouer pleinement à la Région son rôle en matière de planification du développement régional. Le document décline une série d’objectifs à atteindre dans cette nouvelle dynamique, notamment une pleine signification à la notion de développement régional intégré en assurant, près du terrain et en fonction des conditions concrètes, la complémentarité et la convergence des politiques publiques lors de la déclinaison des stratégies sectorielles nationales avec l’objectif central qui devra être l’amélioration de l’efficacité des investissements et des politiques publics en maximisant leur impact sur les citoyens et sur leurs conditions de vie, enjeu essentiel de toute stratégie de développement.

Le parti souligne la nécessité de construire un pôle de développement régional dans chaque région, articulé autour d’un pôle ou bi-pôle urbain et comportant au minimum une université, un centre hospitalier universitaire, une technopole, un complexe agricole ou industriel et de développer l’attractivité de la Région en s’attachant à réunir les conditions pour promouvoir l’investissement, attirer et garder les entreprises et favoriser l’emploi, en plus de la définition des grands projets d’infrastructures ayant une dimension régionale, en cohérence avec les programmes nationaux en matière de voies de communication, de transport, de plateformes logistiques et de télécommunication.

Cette stratégie de développement territoriale n’omet pas les dimensions sociale et environnementale. Le document du Parti décline en effet des engagements pour lutter contre toutes les inégalités spatiales et mettre en œuvre un processus de développement inclusif, luttant contre la marginalisation des zones traditionnellement déshéritées et répondant aux besoins fondamentaux de la population en matière d’éducation, de santé, d’habitat, de transport, d’alimentation en eau potable et en électricité.

Le parti préconise aussi la mise en place d’une gestion durable des ressources naturelles (eau, forêt, ) en coopération avec les services spécialisés de l’Etat, d’un système de développement et de valorisation des compétences humaines de la Région en faisant de l’université un acteur et un partenaire majeur dans le projet de développement régional, ainsi que la promotion des spécificités culturelles et linguistiques de la Région.

D’autre part, le PPS estime qu’il est fondamental de réhabiliter la fonction d’Aménagement du territoire au niveau régional, une attribution majeure des conseils régionaux avec des objectifs essentiels comme la répartition de manière équilibrée des activités économiques en tenant compte de l’équilibre rural-urbain, la maitrise de l’urbanisation et des défis du développement des villes, le développement du monde rural à travers la valorisation des activités agricoles et la réalisation des infrastructures de base. Il s’agit en somme, selon le parti, de mettre le progrès social au cœur de la gestion communale, de développer les services publics de base et de mener une action vigoureuse d’intégration, de solidarité et d’inclusion sociale.

Sur le volet de la bonne gouvernance, condition sine qua non pour réhabiliter la démocratie locale et gagner la confiance des citoyens, le PPS affirme l’engagement de ses élus pour un « pacte d’honneur et de confiance vis-à-vis des citoyens ».

Dans ce cadre, le parti souligne la nécessité d’inscrire les principes de la démocratie participative au cœur du fonctionnement des collectivités territoriales, d’assurer la participation de la femme à la gestion locale, condition essentielle de la qualité de cette gestion, de s’engager dans une politique de transparence et de communication de la commune avec les citoyens à travers la mise en place d’un système de recueil, de traitement et de suivi des doléances et réclamations des citoyens. Le document insiste aussi sur l’amélioration de la qualité des prestations de l’administration communale et la professionnalisation de la gestion directe des services publics locaux en fixant des normes élevées de qualité.

Les élections de 2015 constituent une occasion de rompre avec les pratiques anciennes et de réhabiliter la démocratie locale, souligne le document, assurant que les candidats du PPS s’engagent sur un pacte d’honneur et de confiance vis-à-vis des citoyens et des citoyennes en s’astreignant à des règles d’éthique, de transparence, d’écoute et de proximité. Et d’affirmer que ce pacte n’est pas seulement un engagement moral mais également un engagement sur un programme précis de renouvellement de la gouvernance locale.

 

***

Le PPS décidé à réaliser des résultats positifs

lors des prochaines échéances électorales


Le parti du Progrès et du socialisme (PPS) est déterminé à réaliser des résultats positifs lors des prochaines échéances électorales, a affirmé, samedi à Témara, son Secrétaire général, Mohamed Nabil Benabdellah.

Dans une déclaration à la presse, en marge du lancement de la campagne électorale du PPS en présence des membres de son bureau politique, M. Benabdellah a indiqué que le PPS a tenu à couvrir toutes les régions du Royaume et de doubler le nombre de ses candidats par rapport à 2009.

Le PPS est déterminé à consolider sa position comme étant l’une des plus importantes formations politiques au Maroc, a indiqué M. Benabdellah, soulignant que « le PPS constitue une force politique montante qui aura son mot à dire lors des élections du 4 septembre ».

Sous cet angle, le leader du parti du Livre a fait savoir que le PPS a choisi de mener sa campagne électorale sous le signe « du sérieux », car, selon lui, le Maroc a besoin, plus que jamais, de candidats sérieux, intègres, compétents et engagés.

Concernant les défis que les différents partis politiques auront à relever lors de ce rendez-vous électoral, M. Benabdelah a relevé que « nous avons besoin de candidats qui œuvrent pour l’intérêt général », précisant que le PPS présente des candidats qui sont conscients de la responsabilité qui leur incombe en vue de bâtir le Maroc de demain, un Etat de démocratie et de modernité.

Le Parti du Progrès et du Socialisme a décliné une série d’engagements et de propositions pour réussir le grand chantier de la Régionalisation avancée via une nouvelle dynamique des collectivités territoriales fondées sur l’appropriation de nouvelles prérogatives, la démocratie participative et la consécration de la bonne gouvernance.

Dans un document intitulé  »Plateforme électorale du PPS pour les élections régionales et locales de 2015 : Nos propositions et engagements », le Parti estime qu’il s’agit en premier lieu de rénover et réhabiliter la démocratie locale, gagner la confiance des citoyens par une nouvelle gouvernance démocratique et répondre aux besoins de leur vie quotidienne par la gestion de proximité.

Les élections de 2015 constituent une occasion de rompre avec les pratiques anciennes et de réhabiliter la démocratie locale, souligne le document, assurant que les candidats du PPS s’engagent sur un pacte d’honneur et de confiance vis-à-vis des citoyens et des citoyennes en s’astreignant à des règles d’éthique, de transparence, d’écoute et de proximité. Et d’affirmer que ce pacte n’est pas seulement un engagement moral mais également un engagement sur un programme précis de renouvellement de la gouvernance locale.

***

Les collectivités doivent se doter d’une stratégie offensive de mobilisation

des ressources pour s’affranchir des contraintes matérielles


Le parti du Progrès et du Socialisme (PPS) affirme qu’il est essentiel que les collectivités territoriales puissent s’affranchir des contraintes matérielles qui peuvent entraver leurs projets de développement et propose que les conseils élus adopte une attitude offensive et innovante pour se doter d’une stratégie audacieuse de mobilisation des ressources.

Dans un document intitulé « Plateforme électorale du PPS pour les élections régionales et locales de 2015 : Nos propositions et engagements », le Parti relève que les collectivités territoriales réalisent actuellement moins de 12% des dépenses publiques et près de 4 pc des investissements publics, estimant que ces chiffres sont incompatibles avec les objectifs et les ambitions du projet de régionalisation avancée.

Le PPS rappelle, à ce sujet, les réformes importantes introduites dans le cadre institutionnel et réglementaire régissant le fonctionnement des collectivités territoriales dans le cadre de la régionalisation avancée, affirmant que les lois organiques ont ouvert de nouvelles possibilités de financement et de nouveaux transferts de ressources fiscales vers les collectivités territoriales.

Dans la nouvelle conception des collectivités territoriales comme espace de mobilisation, de moyens et de ressources, le PPS souligne que les services de l’Etat doivent apporter, dans le cadre de leur mission d’appui, les moyens techniques, financiers, matériels et humains aux projets initiés par les collectivités territoriales à travers les processus contractuels et en mettant en place de façon effective le principe constitutionnel « le transfert des compétences doit accompagner le transfert des ressources ».

La stratégie de mobilisation des ressources comprend aussi, selon le parti, la mobilisation au service de la Région et de ses communes les fonds mis en place (fonds de mise à niveau sociale des régions et fonds de péréquation inter-régional), le recours aux crédits du Fonds d’équipement communal et aux crédits bancaires, les partenariats public-privé et la création de sociétés de développement local pour la gestion des services publics locaux.

Le PPS insiste également sur l’importance d’optimiser la gestion du patrimoine communal sur la base d’un recensement et d’une revalorisation des redevances liées à son exploitation ou à son occupation. Il s’agit aussi de recenser et exploiter le potentiel fiscal de la collectivité et optimiser le recouvrement tant des impôts locaux que des redevances liés à l’exploitation des ressources de la région (exploitation forestière, exploitation des carrières, occupations et utilisation du domaine public).

Dans le document décliné en 44 points, le parti envisage le développement de l’intercommunalité et le recours à la coopération pour tous les projets intéressant plusieurs communes et dans des domaines dépassant les capacités financières et techniques de la commune tels le transport, l’assainissement solide et les équipements.

Le parti opte également pour l’utilisation optimale de toutes les opportunités de la coopération décentralisée internationale en vue de mobiliser de nouvelles ressources techniques et financières, développer les échanges économiques et culturels, s’impliquer dans les réseaux internationaux des gouvernements locaux et confirmer ainsi les choix d’ouverture du Royaume.