Nouvelle impulsion à l’axe Rabat-Moscou

 

Visite de SM le Roi Mohammed VI en Russie

La visite de SM le Roi Mohammed VI en Fédération de Russie est porteuse de perspectives d’un avenir prometteur pour un partenariat en pleine évolution. Une nouvelle impulsion à l’axe Rabat-Moscou. Pour Mikhail Bogdanov, Vice-ministre russe des Affaires étrangères et Représentant spécial du président Vladimir Poutine, cette visite revêt «une extrême importance» aussi bien au plan politique qu’économique eu égard aux relations d’amitié et de fraternité unissant les peuples marocain et russe.

«Nous sommes très ravis de la visite de Sa Majesté le Roi en Russie car les peuples des deux pays sont liés par des relations d’amitié et de fraternité», a-t-il dit dans une déclaration à la MAP à l’occasion de la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en Russie, ajoutant que le président russe Vladimir Poutine souhaite rencontrer le Souverain pour discuter de « toutes les questions d’intérêt commun», dont celles concernant les derniers développements au Proche-Orient et en Afrique du Nord et la conjugaison des efforts pour lutter contre le terrorisme.

Cette visite permettra également de donner une nouvelle impulsion au partenariat stratégique maroco-russe, scellé à l’occasion de la première visite officielle de SM le Roi Mohammed VI en Fédération de Russie en 2002, et de consolider davantage les relations de coopération en vue de les hisser au niveau des aspirations des deux peuples amis, a poursuivi le diplomate russe.

Le Royaume du Maroc et la Fédération de Russie, qui regorgent d’immenses richesses et potentialités, se doivent de coopérer de manière efficiente pour le développement économique et social, élément fondamental de la stabilité en Afrique du Nord, a plaidé M. Mikhail Bogdanov.

 

Perspectives d’un avenir prometteur



La visite officielle de SM le Roi Mohammed VI à la Fédération de Russie est porteuse de perspectives d’un avenir prometteur pour un partenariat en pleine évolution, en droite ligne des relations « historiques » unissant les deux nations et qui servent aujourd’hui à donner une nouvelle impulsion à l’axe Rabat-Moscou, écrit lundi le quotidien russe à grand tirage Kommersant.

« L’amitié spéciale entre le Royaume du Maroc et la Russie date du 18è siècle comme en attestent les correspondances entre la Reine Catherine II et le Sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah, qui mettaient en avant des relations basées sur le respect des intérêts mutuels », souligne Ahmed Charai, éditeur et membre du conseil d’administration de plusieurs think tanks américains, dans cette analyse intitulée « La promesse du partenariat maroco-russe ».

Les Marocains perçoivent avec « un grand enthousiasme » la visite de Sa Majesté le Roi à Moscou, note Kommersant, en faisant observer que cette visite « puise sa force dans cette relation séculaire, qui aujourd’hui inspire cette impulsion donnée au plus haut niveau au partenariat entre le Royaume et la Russie ».

Au moment où la conjoncture dans la région d’Afrique du nord et du Moyen-Orient est fortement marquée par un malaise économique et la spirale de la violence, « la consolidation des relations maroco-russes porte en elle le potentiel d’espoirs pour cette partie du monde », souligne l’analyse.

« Il est clair que le Maroc et la Russie ont pu capitaliser – et s’apprêtent à le faire davantage – des relations commerciales consolidées », constate Kommersant, rappelant que les deux nations avaient signé, il y a quinze ans, un accord de libre-échange ayant été le moteur de l’augmentation des échanges commerciaux de 200 millions de dollars en 2001 à 2 milliards et demi de dollars l’année dernière.

Tout dernièrement, les gouvernements des deux pays ont procédé en 2013 à la conclusion d’un accord de pêche, qui bénéficie notamment à l’essor et au développement socio-économique dans les provinces du sud, note la publication russe.

Cette ambition s’inscrit en droite ligne du nouveau modèle de développement des provinces du sud, dans le cadre d’une organisation territoriale et de gouvernance dans le Royaume soucieuse des besoins et des aspirations des citoyens en s’appuyant sur la régionalisation avancée en tant que vecteur efficient visant la promotion de la démocratie participative, précise-t-on.

Et d’ajouter que ce modèle a également pour vertus de réduire les disparités entre les différentes régions du Royaume et de faciliter l’accès aux services sociaux, dans un contexte qui se concentre sur l’activité économique et la création d’emplois.

Kommersant souligne, à ce propos, que le Maroc a affecté plusieurs milliards de dollars pour impulser un développement robuste dans les provinces du sud depuis leur recouvrement en vue de les transformer « en un véritable hub pour le commerce international ». « Les opportunités ont suffisamment maturé dans ce sens pour que la Russie y prenne part en tant qu’investisseur et partenaire stratégique », estime l’analyse.

La publication russe note, par ailleurs, que la Russie et le Maroc se démarquent par leur « engagement commun » contre le terrorisme et l’extrémisme violent, en faisant observer que les deux pays ont des arguments de poids à faire prévaloir dans ce domaine, entre autres, des capacités de grande envergure dans la neutralisation des actes et complots terroristes, ainsi que l’approche mise en œuvre au Maroc en matière notamment de formation des imams et de propagation d’un discours de juste milieu et de tolérance.

Les perspectives de coopération et d’échange dans ce domaine, comme tant d’autres, se présentent sous de bons auspices au moment où les deux nations s’évertuent à raffermir et diversifier un partenariat plein de promesses et d’opportunités mutuellement avantageuses, conclut l’analyse.

SM le Roi lance les travaux de la Maison des arts et de la Bibliothèque des archives du Royaume à Rabat

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, mercredi à Rabat, au lancement des travaux de construction de la Maison des arts et de la culture et de la Bibliothèque des archives nationales du Royaume du Maroc, pour un investissement global de 450 millions de dirhams (MDH).

Faisant partie intégrante du programme de développement de la ville de Rabat 2014-2018 « Rabat Ville Lumière, Capitale Marocaine de la Culture », ces deux projets structurants traduisent la Haute sollicitude royale sans cesse manifestée à l’égard de l’art et de la culture et la volonté du Souverain de promouvoir et de protéger le patrimoine culturel immatériel du Maroc.
Situés au cœur de la vallée du Bouregreg, dans la continuité de la Tour Hassan et du Mausolée Mohammed V, et à proximité du projet du Grand Théâtre de Rabat, ces deux projets, portés et pilotés par Wessal Capital, devront s’ériger en symbole du renouveau culturel et artistique de la capitale du Royaume.
Ils ne manqueront pas, aux côtés du Grand Théâtre de Rabat, d’améliorer l’accès de la population locale aux structures d’animation culturelle et artistique, avec tout ce qui en découle en termes de développement du potentiel intellectuel et des capacités créatives des jeunes.
Mobilisant des investissements de l’ordre de 200 MDH, la Maison des arts et de la culture sera construite dans un style architectural innovant alliant à la fois modernité et authenticité marocaine.
Lieu de partage et de découverte, la Maison des Arts et de la Culture ambitionne de devenir le vivier de talents, de savoirs et de savoir-faire où interagiront créateurs et visiteurs. Elle a pour but d’accompagner, de mettre en réseau et de donner un moyen d’expression et d’expérimentation aux jeunes artistes de la région de Rabat-Salé-Kénitra et du Maroc dans son ensemble.
La Maison des Arts et de la Culture sera développée en quatre niveaux (14.300 m2) et comportera des espaces dédiés aux expositions, aux rencontres entre jeunes artistes et professionnels, marocains et étrangers, à l’accompagnement des jeunes talents (encadrement et formation), l’objectif étant une démocratisation de l’accès à la Culture et aux prestations artistiques.
La bibliothèque des archives nationales du Royaume du Maroc (250 MDH) sera réalisée dans le prolongement du Grand Théâtre de Rabat et jouxtant la grande Place Culturelle.
Trait d’union entre le peuple marocain et son patrimoine, la bibliothèque aura pour mission principale de valoriser les archives marocaines, à travers la mise à disposition d’archives numérisées accessibles au grand public, l’organisation d’expositions thématiques sur le patrimoine documentaire, la formation et la sensibilisation aux métiers de la sauvegarde, ainsi que la restauration et la numérisation des archives.
Conçue également en quatre niveaux (14.900 m2), la future bibliothèque comprendra des espaces de valorisation (expositions temporaires et permanentes, expérience digitale, atelier scénographique), de consultation (salle de lecture, Centre de documentation et archives), et de formation (salles de cours, laboratoires de numérisation et de restauration).
La réalisation de la Maison des arts et de la culture, de la bibliothèque des archives nationales du Royaume du Maroc, du Grand Théâtre de Rabat et de la grande Place Culturelle permettra d’ériger la vallée de Bouregreg en un pôle culturel d’excellence, en mesure de faire vivre aux habitants et aux visiteurs marocains et étrangers une expérience unique de découverte et de transmission d’une culture et d’un art séculaires, de pérennisation et de partage de l’Histoire et de la culture marocaine, de création dynamique, effervescente et trans-générationnelle.
Ces projets permettront à la capitale du Royaume, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, de consolider son positionnement de premier plan et de s’inscrire dans une dynamique vertueuse de développement.