Satanée santé ! Tuberculose, méningite, hépatite, entre autres endémies, continuent d’empoisonner l’existence des Marocains

Satanée santé ! Tuberculose, méningite, hépatite, entre autres endémies, continuent d’empoisonner l’existence des MarocainsSatanée santé ! Tuberculose, méningite, hépatite, entre autres endémies, continuent d’empoisonner l’existence des Marocains
Accroissement des maladies chroniques, progression de la charge de morbidité liée aux maladies non transmissibles, sous-utilisation des services curatifs, manque de personnel, budget faible…. C’est ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrit notre système national de la santé malgré les efforts déployés.

Dans un rapport publié dernièrement et intitulé « Stratégie de coopération OMS–Maroc 2017-2021 », l’instance onusienne a indiqué que ce système est confronté à de nombreux défis liés aux évolutions démographiques, à l’accroissement des maladies chroniques et aux exigences de la population pour des services proches du lieu d’habitation, de qualité et accessibles sur le plan financier. A ce propos, le document en question a révélé la persistance de maladies qui continuent à constituer des problèmes de santé publique telles que la tuberculose (31.542 cas, toutes formes confondues, en 2016) , le VIH/sida ( près de 24.000 Marocains et Marocaines à fin 2015 sont considérés comme personnes vivant avec le VIH (PVVIH), les hépatites (850.000 personnes sont infectées par le virus de l’hépatite B et 400.000 par celui de l’hépatite C), les leishmanioses (2.564 cas de leishmanioses cutanées et 109 cas de leishmanioses viscérales détectés en 2013), les méningites , les toxi-infections alimentaires collectives et certaines zoonoses.

L’OMS a constaté également l’accroissement des maladies chroniques dont les plus fréquentes sont les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les cancers, les affections respiratoires chroniques, les troubles psychologiques et psychiatriques et les maladies émergentes et réémergentes. Une tendance observée aussi au niveau mondial et due à des changements rapides de mode de vie et aux nouveaux comportements qui leur sont associés. Les spécialistes pointent du doigt quatre facteurs, à savoir le tabagisme, la sédentarité, l’excès d’alcool et une mauvaise alimentation constituée d’aliments à forte densité énergétique sur le mode de « restauration rapide ».

Sur un autre registre, les rédacteurs dudit rapport ont précisé que la situation sanitaire au Maroc se distingue par un net recul de la mortalité due aux infections graves et par une progression de la charge de morbidité liée aux maladies non transmissibles traduisant un changement profond dans la structure épidémiologique du pays. Selon eux, le taux brut de mortalité est en nette régression. Il est passé de 19‰ en 1960 à 5,6‰ en 2010 ; il demeure, toutefois, plus élevé en milieu rural avec 7,2‰ qu’en milieu urbain avec seulement 4,4‰. Les taux de mortalité par groupe de morbidité sont de 104 pour 100.000 habitants pour les maladies transmissibles, 597 pour 100.000 habitants pour le groupe des maladies non transmissibles et 37 pour 100.000 habitants pour les traumatismes. « La transition épidémiologique est bel et bien en cours puisque les décès par maladies non transmissibles représentent actuellement 75% du total des décès. Le cancer, les maladies métaboliques, dont le diabète et les maladies cardio-vasculaires, représentent 40 % des principales causes de décès », note le document tout en précisant que si les indicateurs nationaux de santé se sont sensiblement améliorés durant les dernières décennies, ils cachent de profondes inégalités géographiques et socioéconomiques. Ainsi la mortalité maternelle est deux fois plus élevée en zone rurale (148 pour 100.000 naissances) qu’en zone urbaine (73 pour 100.000 naissances). Il en est de même pour la mortalité infantile (33,5 pour 1000) en milieu rural et (23,6 pour 1000) en milieu urbain. Les indicateurs tels que les pourcentages de visites prénatales, d’accouchements assistés et de soins postnatals varient considérablement selon la catégorie sociale, l’éducation et le niveau de richesse.

Le rapport a souligné que 20% de la population se trouve encore à plus de 10 km d’un centre sanitaire et les indicateurs de disponibilité et d’utilisation des services sont nettement en défaveur du milieu rural. On constate une sous-utilisation des services curatifs avec moins de 0,6 contact par personne et par an et un taux d’hospitalisation dans les hôpitaux publics inférieur à 5%. Cette sous-utilisation peut s’expliquer par la pénurie en ressources humaines à tous les niveaux du système ainsi que par la faible qualité des prestations offertes. En effet, le déficit en personnels de santé continue d’être un défi majeur pour notre système de santé. Sa répartition sur l’ensemble du territoire national est inéquitable : 38% des médecins hors CHU exercent dans les deux régions de Rabat-Salé- Zemmour-Zaïr et du Grand Casablanca. La densité de médecins publics et privés regroupés est limitée à 6,2 pour 10.000 habitants et celle des personnels infirmiers demeure inférieure à 9,7 pour 10.000 habitants.

Les dépenses consacrées à la santé posent également problème. Elles sont en deçà de la moyenne des Etats membres de l’OMS, à savoir 302 dollars par habitant. Le pourcentage du budget de l’Etat consacré à la santé s’établit à 5,2 %. La part des dépenses de santé directement prise en charge par les ménages continue d’être très élevée, s’établissant à 53,6% en 2010. Outre la part encore importante de la population non couverte par un régime de couverture médicale, cette situation s’explique également par un budget national consacré à la santé en deçà des normes requises par l’OMS, et par une gestion des ressources souvent inefficace, a conclu le rapport.

Hassan Bentaleb
Mercredi 5 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 329 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Les métropoles européennes appréhendent un été “terroriste” : Rabat sollicité – 05/04/2017

Le président de la Chambre des représentants s’entretient avec l’ambassadeur de l’Ukraine au Maroc – 05/04/2017

Amman rappelle son ambassadeur à Rabat – 05/04/2017

Divers – 05/04/2017

Les produits agricoles marocains de nouveau dans le collimateur de groupements espagnols en mal d’idées – 04/04/2017

Taïeb Beccouche, secrétaire général de l’UMA : Le concept “printemps” ne reflète pas la réalité arabe, c’est plus un slogan qu’autre chose – 04/04/2017

L’impasse dans laquelle se trouve le dossier du Sahara est imputable à l’obstination des responsables algériens de garder le statu quo – 04/04/2017

Plaidoyer pour le renforcement de la confiance des jeunes dans l’engagement citoyen – 04/04/2017

S.M le Roi lance les travaux de réalisation de la Centrale Noor Ouarzazate IV – 03/04/2017

12345»1579

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Chez l’Homme de Néandertal, l’esthétique avait aussi sa place

Chez l'Homme de Néandertal, l'esthétique avait aussi sa placeChez l'Homme de Néandertal, l'esthétique avait aussi sa place
Un fragment d’os de corbeau gravé, datant de 40.000 ans, laisse penser que les Néandertaliens, proches cousins de l’homme moderne disparus il y a 38.000 ans, avaient bien un sens esthétique voire du symbolisme, conclut une étude française publiée récemment aux Etats-Unis.

Ce bout d’os d’un centimètre et demi de long mis au jour sur un site archéologique de Crimée, en Ukraine, compte huit entailles régulières faites avec un silex.

Une analyse au microscope a montré que l’auteur de ces marques profondes en avait fait initialement six avant de réaliser qu’il avait laissé trop d’espace entre certaines.

Il en a rajouté deux mais de manière à ce que la distance entre toutes les entailles reste égale, a expliqué à l’AFP Francesco d’Errico, un paléontologue de l’Université de Bordeaux, principal auteur de ces travaux parus dans la revue Plos One.

Les chercheurs ont ensuite demandé à un groupe de volontaires de faire huit marques équidistantes sur des os de dinde de la même taille.

L’analyse a montré qu’ils avaient espacé et creusé les huit entailles exactement de la même manière que l’Homme de Néandertal.

« On a pu ainsi démontrer que le Néandertalien a bien fait des entailles avec l’intention de créer un motif harmonieux visuellement et peut-être symbolique », explique le scientifique.

« Il y avait au moins un but esthétique derrière ces marques en raison de leur régularité et du fait de produire cette régularité de façon délibérée (…), qui a d’ailleurs nécessité une certaine expertise », ajoute-t-il.

Des ossements d’oiseaux portant des marques régulières, découverts sur plusieurs sites néandertaliens en Europe, avaient déjà conduit de nombreux chercheurs à penser que ces objets étaient des parures et que ces encoches ne résultaient pas du découpage des carcasses avec des silex pour récupérer la viande.

« Cette recherche est la première à produire une indication directe confortant l’hypothèse d’une intention symbolique dans ces modifications volontaires d’un os d’oiseau (…), ce qui est une avancée », souligne le professeur d’Errico.

Il s’agissait peut-être de marques de propriété de l’objet, qui dans ce cas symbolisaient la personne le possédant, suppute-t-il.

L’étude est aussi nouvelle dans le sens qu’elle met des hommes modernes dans les mêmes conditions que les Néandertaliens pour voir s’ils produisent la même chose, relève l’anthropologue.

Au cours des dernières années, poursuit-il, on s’est rendu compte que les Néandertaliens avaient des cultures plus complexes que ce qu’on pensait initialement.

Il cite notamment le fait que les Néandertaliens s’intéressaient aux oiseaux et ramassaient les griffes des gros rapaces comme des aigles ainsi que les plumes pour peut-être en faire des parures, selon les vestiges mis au jour sur une demi-douzaine de sites en Europe, dont le plus récent en Croatie. On connaissait aussi leurs sépultures.

Mais on ne pouvait pas vraiment savoir avant les résultats de cette dernière étude si ce cousin de l’Homme moderne, dont les capacités cognitives sont toujours débattues, pouvait avoir un sens esthétique voire du symbolisme.

Mercredi 5 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 262 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Insolite : Crachats rouges – 05/04/2017

« Fake news » un terme nouveau pour de vieilles histoires – 05/04/2017

La banquise antarctique sur la voie du déclin – 04/04/2017

Insolite : Mangeurs de flamants roses – 04/04/2017

Les filles d’Afghanistan veulent se jeter à l’eau – 04/04/2017

La vie sous Staline dans les journaux intimes – 03/04/2017

Comment les parents d’Emmanuel Macron ont appris sa relation avec Brigitte Trogneux – 03/04/2017

Insolite : Mode canine – 03/04/2017

Découverte inédite dans le « Jurassic park » australien – 01/04/2017

12345»992

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

La croissance économique ralentit à 0,9%

Les activités non agricoles ont connu un accroissement modéré, selon le HCP

La croissance économique ralentit à 0,9%La croissance économique ralentit à 0,9%
La croissance économique nationale a fortement ralenti au quatrième trimestre 2016, avec une forte baisse de l’activité agricole et un accroissement modéré des activités non agricoles.

Selon l’arrêté des comptes nationaux, publié par le Haut-commissariat au plan (HCP), la croissance s’est établie à 0,9% au cours de cette période, contre 5,1% durant la même période de l’année 2015. Elle a été tirée par la consommation finale des ménages et l’investissement dans le contexte d’une inflation maîtrisée et d’une augmentation des besoins de financement de l’économie nationale, a expliqué le HCP dans une note rendue publique récemment.

La valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a baissé de 11,2% durant la même période en 2016. Elle était de 9,7% durant le quatrième trimestre de l’année 2015. Le HCP attribue cette évolution aussi bien à la baisse de 11,8% de l’activité de l’agriculture au lieu d’une hausse de 9,6% une année auparavant qu’à celle de 5,6% de la pêche au lieu d’une hausse de 10,7%.

Pour sa part, la VA du secteur secondaire a connu un ralentissement de son rythme de croissance. Il est passé de 4,3%, le même trimestre de l’année précédente, à 2,6%. En cause : le ralentissement de la croissance des valeurs ajoutées des industries de transformation à 2,8% au lieu de 5,3%; de l’électricité et eau à 3,4% au lieu de 4,7% ainsi que du bâtiment et travaux publics à 0,5% au lieu de 3%.

En revanche, le HCP a noté une augmentation de la valeur ajoutée du secteur tertiaire de 2,4% au lieu de 2,1% le même trimestre de l’année 2015. Comme il l’a indiqué dans son communiqué, cette évolution a été marquée par une amélioration des activités des hôtels et restaurants avec 9,6% au lieu d’une baisse de 2,1%; des services financiers et assurances avec 1,9% au lieu d’une baisse de 2,3% ; des services rendus par l’administration publique générale et sécurité sociale avec 1,8% au lieu d’une stagnation ; des services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale avec 1,4% au lieu de 0,4%.

A noter que cette progression s’est faite alors qu’il a été relevé un repli de la croissance pour les transports à 3% au lieu de 3,2%; les services rendus aux ménages et aux entreprises à 2,5% au lieu de 4,8% et les postes et télécommunications à 1,8% au lieu de 4,8%.

Ainsi, le HCP a relevé au total une valeur ajoutée des activités non agricoles en hausse de 2,3% au lieu de 3% le quatrième trimestre de l’année 2015.

«Dans ces conditions, avec le net ralentissement de l’accroissement des impôts sur les produits nets des subventions à 4,2% au lieu de 16%, le PIB en volume s’est accru de 0,9% durant le quatrième trimestre 2016 au lieu de 5,1% une année auparavant », a-t-il expliqué, soulignant qu’aux prix courants, le PIB a connu une augmentation de 2,5% durant le quatrième trimestre 2016. « De ce fait, a ajouté le HCP, la hausse du niveau général des prix a été de 1,6% au lieu de 0,2% une année auparavant».

Notons qu’il ressort aussi de l’arrêté des comptes nationaux que la demande intérieure a connu une progression de 2,8% au titre du quatrième trimestre 2016 contre 1,5% la même période de l’année 2015. Cette amélioration a ainsi contribué pour 3 points à la croissance économique nationale.

Dans ce cadre, a indiqué le HCP, les dépenses de consommation finale des ménages ont progressé de 3,1% au lieu de 2,9%, contribuant pour 1,8 point à la croissance.

La tendance était la même en ce qui concerne la consommation finale des administrations publiques. En effet, celle-ci a connu une amélioration de 1,1% au lieu de 0,6%, avec une contribution à la croissance de 0,2 point. Alors que l’investissement brut (formation brute de capital fixe et variation de stocks) a enregistré une hausse de 3,3% au lieu d’une baisse de 0,7%, avec une contribution à la croissance de 1 point.

Au cours de la même période, le HCP a noté une progression des exportations de biens et services de 8% au lieu de 6,8% une année avant, alors que les importations ont enregistré un net accroissement de 11,8% au lieu d’une baisse de 2,4%. Et le HCP de conclure que «les échanges extérieurs de biens et services ont dégagé une contribution négative à la croissance, se situant à 2,1 points au lieu d’une contribution positive de 3,4 points le même trimestre de l’année précédente».

Enfin, le HCP a noté que le revenu national brut disponible a progressé de 2,5% durant le quatrième trimestre 2016 au lieu de 5,8% une année auparavant et que l’épargne nationale s’est située à 27,3% du PIB au lieu de 28,5% durant le quatrième trimestre 2015. Le Haut-commissariat a, par ailleurs relevé que «le besoin de financement de l’économie nationale a été en augmentation, se situant à 6% du PIB durant le quatrième trimestre 2016 au lieu de 1,9% une année passée».

Alain Bouithy
Mardi 4 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 434 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Baisse de 3,7% du crédit bancaire en février dernier – 04/04/2017

Hausse de 18% du résultat net part du Groupe Addoha – 04/04/2017

Hausse de l’encours de la dette extérieure publique du Maroc à plus de 142 MMDH – 04/04/2017

Divers Economie – 04/04/2017

Lesieur Cristal confiant quant à l’avenir – 03/04/2017

La région de Rabat-Salé-Kénitra contribue à hauteur de 15% à la VA agricole – 03/04/2017

Divers – 03/04/2017

Résultat historique pour BMCE Bank – 02/04/2017

L’urbanisation au secours du développement rural – 01/04/2017

12345»673

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Une journée sans pour les frères Sektioui : Carton des Tangérois à Agadir

Une journée sans pour les frères Sektioui : Carton des Tangérois à AgadirUne journée sans pour les frères Sektioui : Carton des Tangérois à Agadir
L’Ittihad Riadi de Tanger (IRT) s’est imposé en déplacement face au Hassania Union sport d’Agadir (HUSA) sur le score de 4 à 0, dimanche au Grand stade d’Agadir en match en retard de la 21e journée de la Botola Maroc Telecom D1.

Guy Hervé (1ere minute), El Kahliqi (40ème) et Hammoudane (44ème et 90ème) ont été les artisans de ce succès des Nordistes qui occupent seuls la 5e place avec 35 points. Le Hassania, quant à lui, continue à dégringoler au classement (11ès/25 pts).

Toujours en mise à jour de la 21e journée, le Fath Union Sport de Rabat s’est imposé face à la Jeunesse sportive Kasbat Tadla (2-1), samedi soir au Complexe Prince Héritier Moulay El Hassan de Rabat. Les réalisations du club local ont été inscrites par Mehdi Battach (76e) et Abdeslam Benjelloun (90e). L’unique but de la JSKT a été marqué par Pierre Koulibaly (90+2).

Au classement, le FUS se hisse à la 7e position aux côtés du Moghreb Tétouan et de l’Olympic club de Safi (27 pts). La JSKT, quant à elle, reste dernière du classement avec (18 pts) ex aequo avec le KAC de Kénitra.

Une autre mise à jour de cette journée devait se jouer hier entre le Wydad de Casablanca et l’AS FAR au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca fraîchement rénové.

Un autre match en retard, comptant pour la 22ème journée du championnat, est prévu ce mercredi à 16 heures au Complexe Mohammed V et opposera le Raja au FUS.

Par ailleurs, le Moghreb de Fès (MAS) s’est incliné à domicile face au Mouloudia club d’Oujda (MCO) sur le score de 1 à 2, dimanche au Complexe sportif de Fès en match en retard de la 22e journée de la Botola Maroc Telecom D2 de football.

Les hommes de Tarik Sektioui ont ouvert le score par le Camerounais Guiza dès l’entame du match (3e). Les représentants de l’Oriental ont égalisé par Mohamed Jaouad (48e) avant d’inscrire le but de la victoire par Sahraoui (50e).

Au classement, le MCO grimpe à la 3e place (34 pts) aux côtés de l’AS Salé, alors que le MAS reste 8e (30 pts). Le club de Fès doit encore disputer un autre match en retard de la 23e journée face à l’Union sportive municipale d’Ait Melloul.

Cette rencontre a été reportée en raison de la participation du MAS aux 16e de finale de la Coupe de la Confédération africaine. Dans ce cadre, il affrontera en match barrage le FUS de Rabat le week-end prochain.

Mardi 4 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Federer, la machine des courts : Le champion suisse n’a d’yeux que pour un 100ème titre – 04/04/2017

Victoire de Lahcen Abbasi et de Niirarokundou Sqlom au semi-marathon international de Berkane – 04/04/2017

Le Real et le Barça restent au coude à coude – 04/04/2017

Divers sportifs – 04/04/2017

La petite balle jaune fait sa rétrospective – 03/04/2017

Une manche inaugurale à l’avantage des clubs visiteurs – 03/04/2017

Le PSG s’offre la Coupe de la Ligue et retrouve un peu le sourire – 03/04/2017

Crystal Palace stoppe l’élan victorieux de Chelsea – 03/04/2017

Infos – 03/04/2017

12345»1705

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Appel à adopter un régime alimentaire sain et équilibré de nature à renforcer le système immunitaire

Appel à adopter un régime alimentaire sain et équilibré de nature à renforcer le système immunitaireAppel à adopter un régime alimentaire sain et équilibré de nature à renforcer le système immunitaire
Des nutritionnistes et des spécialistes en maladies infectieuses ont appelé vendredi soir, à Marrakech, à adopter un régime alimentaire sain et équilibré de nature à renforcer le système immunitaire contre les différentes maladies infectieuses notamment pédiatriques.

« La résistance de certaines bactéries aux antibiotiques devient un phénomène très alarmant en raison du changement de régime alimentaire en plus des mutations économiques et culturelles », ont-ils ajouté au 5ème Congrès de la Société marocaine d’infectiologie pédiatrique et de vaccinologie (SOMIPEV) organisé sous la présidence d’honneur de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem, sous le thème « L’alimentation et les maladies infectieuses ».

Selon le Pr. Olivier Goulet de la société Danone (France), la problématique de l’alimentation non saine et non équilibrée a un impact évident et prouvé sur la santé de l’homme (obésité et diabète entre autres).

Dans une présentation sous le thème « Défis actuels pour l’amélioration des habitudes alimentaires chez les enfants », ce spécialiste attribue le changement du régime alimentaire aux transformations économiques et culturelles des sociétés, en plus d’un recul dans l’adoption de l’allaitement naturel, et la consommation de produits alimentaires industriels et de boissons contenant un taux élevé de sucre.

Le doyen de la Faculté de médecine et de pharmacie à Marrakech, Mohamed Bouskraoui, a, pour sa part, noté que ce congrès qui connaît la participation de médecins, de praticiens et spécialistes en pédiatrie et des maladies infectieuses de renommée du Maroc et de France, propose un programme médical diversifié sur le phénomène de l’antibiorésistance, indiquant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a inscrit ce phénomène résultant du mauvais usage de ce genre de médicaments, parmi les grandes menaces sur la santé mondiale.

Et d’ajouter que le Maroc connaît une augmentation alarmante concernant la résistance des bactéries aux antibiotiques résultant principalement du mauvais usage de ce genre de médicaments sans consultation médicale notamment pour les personnes infectées par la grippe.

Les participants à ce congrès ont débattu de thématiques telles que « Microbiote et antibiothérapie, nutrition et infection », « La résistance aux antibiotiques de l’épidémiologie à la prévention avec des données marocaines multicentriques » et « La vaccination : HPV, BCG, coqueluche, oreillons et méningocoque ».

Mardi 4 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 498 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Divers – 04/04/2017

L’infertilité frappe 15% des couples marocains – 03/04/2017

L’OMP plaide pour l’amélioration des conditions des prisonnières – 03/04/2017

Divers – 03/04/2017

Signature à Rabat de la stratégie de coopération entre le Maroc et l’OMS – 01/04/2017

Décès de trois gendarmes dans un accident de la circulation à Guelmim – 01/04/2017

Divers – 01/04/2017

Sauvez Ali Kaitouni ! Il n’a besoin que d’une Adriplastine 50 mg – 31/03/2017

Convention de formation continue des installateurs de chauffe-eau et d’appareils de chauffage à gaz – 31/03/2017

12345»678

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Lesieur Cristal confiant quant à l’avenir


Le CA à l’international du leader national des huiles de table a fait un bond de 14 % en 2O16

Lesieur Cristal confiant quant à l’avenirLesieur Cristal confiant quant à l’avenir
Au terme de l’année 2016, le chiffre d’affaires de la société agro-industrielle Lesieur Cristal s’est inscrit à 4,02 MMDH en hausse de 1%, après une progression de 5% équivalant à 3,98 MMDH affichée l’année d’avant.

« Le résultat net s’est amélioré de 5%, passant de 164 à 171 MDH. En revanche, le résultat d’exploitations a baissé de 3%. Il est passé de 290 MDH en 2015 et à 281 MDH en 2016. Il était de 270 MDH en 2014 », a indiqué le directeur général du groupe, Samir Oudghiri Idrissi.

Ce résultat d’exploitation s’explique globalement par la baisse des marges sur les huiles de table liée à la compétition assez difficile observée courant 2016, a-t-il expliqué lors d’une rencontre tenue récemment à Casablanca.

« Lorsque vous avez un marché qui ne croît pas, voire régresse un peu, cela augmente la compétition entre les acteurs qui se traduit par la baisse des prix et entraîne celle de la marge. Ce qui explique la baisse du résultat d’exploitation de la société », a-t-il soutenu à l’occasion de la présentation des résultats annuels du leader national des huiles de table.

Poursuivant son exposé, Samir Oudghiri Idrissi a indiqué que le résultat net, qui était à 183 MDH en 2014 est passé à 164 MDH en 2015 pour remonter à 172 en 2016. Ce qui représente une hausse de 5%.

Notons que le bilan de la société fait ressortir un total actif d’environ 3 MMDH contre 2 MMDH 960. Mais pour le DG de Lesieur Cristal, le plus important c’est le BFR (besoin en fonds de roulement) qui s’est amélioré de manière significative puisqu’il est passé de 658 MDH en 2015 à 362 MDH en 2016.

Selon lui, cette amélioration importante s’explique, d’un côté, par la bonne gestion des couvertures et du compte clients et d’autre par l’impact de la récupération du crédit TVA qui a amélioré la trésorerie de la société.

« On a une trésorerie positive de plus de 542 MDH. Il y a donc une amélioration très importante de l’endettement par rapport à l’année dernière », a-t-il relevé.

En ce qui concerne d’autres agrégats, il est à noter que la rentabilité des capitaux employés s’est améliorée en passant de 17% en 2015 à 21% l’année dernière.

De son côté, le résultat consolidé des différentes filiales du groupe fait état d’un C.A en progression qui s’est apprécié de 3 MMDH 985 l’année d’avant à 4 MMDH en 2016 et le résultat d’exploitation s’est inscrit à 276 MDH contre 303 MDH en 2015, soit un recul de 6,8%. Le résultat net, qui avait atteint 200 MDH en 2015, est passé à 205 MDH en 2016, alors que l’endettement net consolidé s’est amélioré de -300 MDH (2015) à -564 MDH. En résumé, la trésorerie a été positive et excédentaire à plus de 500 MDH.

En ce qui concerne les perspectives, Samir Oudghiri Idrissi a indiqué que la société continuera à travailler sur la partie sécurité, rappelant que les indicateurs de sécurité se sont amélioré cette année : «On a moitié moins d’accident par rapport à l’année dernière et notre objectif est d’arriver à 0 accident », s’est-il réjoui.

En dépit d’une conjoncture difficile, marquée par une décélération de la croissance économique (1,1% vs 4,5% en 2015), la sécheresse ayant affecté les revenus des ménages et le recul de la consommation pour de nombreux produits alimentaires, il a déclaré que Lesieur Cristal poursuivra son plan stratégique comme en 2016. Lequel plan est axé sur « le renforcement de nos marques phares, la diversification de notre portefeuille produits avec encore cette année le lancement de nouveaux produits et l’optimisation des coûts opérationnels »,

a-t-il précisé.

Il a, par ailleurs, fait remarquer que la société a continué au titre de cette même année à développer ses ventes à l’export, soulignant que « l’année 2016 s’est très bien comportée puisque notre CA à l’international a connu une croissance de 14% par rapport à l’année dernière qui, elle-même, était une bonne année. »

Cette année a été aussi marquée par l’acquisition par Lesieur d’une nouvelle plantation d’olive de 220 ha portant la superficie totale à 1500 ha, mais qui ne permet toutefois de couvrir que 20% des besoins de la société.

Autre bonne nouvelle de l’année, c’est l’encaissement d’une partie du crédit TVA cumulé sur la période 2004-2013.

En termes d’innovation, Lesieur cristal a notifié la poursuite de sa politique d’innovation avec le lancement de deux nouveaux produits importants et quelques conditionnements supplémentaires pour venir étoffer un peu sa gamme. Avant de conclure par les distinctions qui sont venues récompenser les efforts de la société dont le premier prix des Trophées de la prévention édition 2016 (catégorie Grandes entreprises). « Nous avons aussi gagné le deuxième prix Qualité pour l’huile d’olive Al Horra à Vérone et durant le SIAM de l’année dernière, notre unité a reçu le prix de la meilleure unité de trituration pour la société d’exploitation d’olives (SEO) », a souligné Samir Oudghiri Idrissi.

Alain Bouithy
Lundi 3 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

La région de Rabat-Salé-Kénitra contribue à hauteur de 15% à la VA agricole – 03/04/2017

Divers – 03/04/2017

Résultat historique pour BMCE Bank – 02/04/2017

L’urbanisation au secours du développement rural – 01/04/2017

La BACI, filiale du groupe BCP, partenaire pour un financement du transport lagunaire à Abidjan – 01/04/2017

LafargeHolcim Maroc inaugure à Casablanca le 1er centre d’innovation à vocation africaine – 01/04/2017

Le Maroc, désormais une grande puissance économique africaine – 01/04/2017

Divers Economie – 01/04/2017

Jet Contractors affiche une amélioration de son résultat net – 31/03/2017

12345»672

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Comment les parents d’Emmanuel Macron ont appris sa relation avec Brigitte Trogneux

Comment les parents d’Emmanuel Macron ont appris sa relation avec Brigitte TrogneuxComment les parents d’Emmanuel Macron ont appris sa relation avec Brigitte Trogneux
Leur différence d’âge a beaucoup fait jaser. Emmanuel Macron et sa compagne Brigitte Trogneux ont 23 ans d’écart, mais ne cessent de répéter qu’ils s’aiment comme au premier jour. Un premier jour que la mère du candidat à la présidentielle n’est d’ailleurs pas prête d’oublier.

La journaliste Anne Fulda est en effet partie à la rencontre des parents d’Emmanuel Macron. En ressort un livre, Emmanuel Macron un jeune homme si parfait (éditions Plon, en librairie le 6 avril prochain) dont Paris Match a publié samedi les bonnes feuilles.

Selon le récit de la journaliste, les relations entre les parents d’Emmanuel Macron et Brigitte Trogneux ont d’abord été chaotiques. A 16 ans, le jeune Emmanuel tombe sous le charme de sa professeure de français. Jusque-là, ses parents ne lui connaissaient qu »“un amour de jeunesse avec une jeune fille de sa classe ». Jamais ils n’auraient alors pu imaginer cette histoire d’amour atypique. D’après Anne Fulda, ils étaient même persuadés que leur fils était amoureux de Laurence Auzière, la fille de Brigitte !

Lorsque la maman d’Emmanuel Macron découvre la relation entre son fils et sa professeure, elle tente d’empêcher les deux tourtereaux de se revoir : “Je vous interdis de le voir jusqu’à ses dix-huit ans”. Une menace qui n’a pas fonctionné sur Brigitte Trogneux, qui lui aurait répondu, désolée : “Je ne peux rien vous promettre”.

Libé
Lundi 3 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 258 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

La vie sous Staline dans les journaux intimes – 03/04/2017

Insolite : Mode canine – 03/04/2017

Découverte inédite dans le « Jurassic park » australien – 01/04/2017

Les 50 acteurs les plus rentables d’Hollywood : ROBERT DOWNEY JR. – 01/04/2017

Insolite : Mauvaise passe – 01/04/2017

Le marché du cannabis aux USA en pleine croissance malgré l’incertitude Trump – 01/04/2017

Les fruits, un facteur important pour la croissance cérébrale – 31/03/2017

Insolite : Remboursement en cas de divorce – 31/03/2017

L’excision, cauchemar des fillettes en Indonésie – 31/03/2017

12345»991

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Adoption à l’unanimité des projets de résolutions des commissions préparatoires par la Commission administrative nationale

Adoption à l’unanimité des projets de résolutions des commissions préparatoires par la Commission administrative nationaleAdoption à l’unanimité des projets de résolutions des commissions préparatoires par la Commission administrative nationale
L’USFP vit d’ores et déjà à l’heure de son Xème Congrès national dont la tenue est fixée aux 19, 20 et 21 mai prochains. Ainsi, après la réunion, samedi 1er avril au Complexe international Moulay Rachid à Bouznika, des commissions chargées de préparer ledit Congrès (Commission du rapport d’orientation, Commission du rapport organisationnel et Commission de logistique), la Commission administrative nationale a, en fin de journée, adopté à l’unanimité les projets de résolutions desdites commissions.

Le président de la Commission administrative nationale, Habib El Malki a, à cet égard, tenu à rappeler que «les préparatifs pour la tenue du Xème Congrès national ont été marqués par de larges débats, ce qui fera de lui un Congrès différent des précédents, où il n’y a pas de place pour la misère intellectuelle, politique et organisationnelle». Habib El Malki a ajouté que «les préparatifs ont été empreints d’application et de créativité, bien loin de tout dogmatisme et de tout stéréotype visant par là à apporter des réponses réalistes aux questions d’actualité ». Partant de là, «le Xème Congrès national sera celui d’un nouveau changement pour que l’USFP continue à être un acteur déterminant dans l’édification du Maroc de demain. Sachant que nous sommes et restons forts de notre citoyenneté progressiste qui constitue un prolongement de la citoyenneté d’hier dans sa philosophie et sa force tout en tenant compte des différences se rapportant aux moyens et aux objectifs».

Pour sa part, le Premier secrétaire, Driss Lachguar a tenu à informer les membres de la Commission administrative des derniers développements concernant les négociations entre les six partis de la majorité gouvernementale avec le chef du gouvernement désigné, tout en rappelant, dans ce sens, que l’USFP a œuvré pour faciliter la mission de Saâd Eddine El Othmani, afin que le prochain gouvernement voie le jour. En réponse aux détracteurs du parti de la Rose, le Premier secrétaire a fait savoir que la décision de participer au gouvernement et de prendre part à la gestion de la chose publique est une décision qui relève de la souveraineté du parti et qui a été prise par la Commission administrative nationale.

Driss Lachguar a, par ailleurs, précisé que la réalité a démontré qu’il existe bel et bien des tentatives visant à enterrer l’USFP et à minimiser son rôle, et ce à travers nombre de campagnes médiatiques hostiles au parti.

Pour ce qui est des différentes réunions des sous-commissions, elles ont été marquées par des débats francs et fructueux au cours desquels les différents intervenants ont mis l’accent sur l’importance du volet organisationnel dans la vie du parti. La Commission du rapport d’orientation étant chargée de préparer un rapport décortiquant et analysant les mutations sociétales ainsi que les choix politiques, économiques et culturels qui sont à même de mobiliser les citoyens autour du projet progressiste ittihadi. «Notre démarche est participative. Notre objectif est de parvenir à élaborer une conviction collective. Aussi notre débat doit-il être serein basé sur une écoute mutuelle et sur des échanges permanents», souligne Abdelkrim Benatik, président de ladite Commission. La Commission de logistique, présidée par Mohamed Mouhib, quant à elle, est chargée d’assurer la bonne préparation matérielle et logistique nécessaire pour que le succès puisse couronner les travaux du prochain Congrès national, alors que la Commission du rapport organisationnel qui est, pour sa part, présidée par Mustapha Ajjab, décline les principes, statuts et procédures en vue de les adapter aux principes de la démocratie et aux règles de la bonne gouvernance et de la transparence tout en établissant les normes régissant l’adhésion et le fonctionnement des organes du parti. «Lors de notre réunion dans le cadre de la Commission du rapport organisationnel, nous avons essayé de concrétiser tout ce qui a été sujet de débat, concernant les orientations politiques, économiques, sociales et culturelles du parti, pour les années à venir», explique Mustapha Ajjab.

Pour sa part, Khaoula Lachguar, membre de la Commission du rapport d’orientation précise que le travail qui a été fait au sein de cette Commission est de préciser les concepts, de faire un rappel historique de ce qui a influencé les changements idéologiques à travers les 20 ou 30 dernières années. «Il s’agit par la suite d’apporter des réponses qui soient plus adaptées aussi bien à la réalité actuelle, contemporaine des sociétés d’aujourd’hui qu’à la réalité du Maroc d’aujourd’hui», explique-t-elle. «Nous entendons évoquer tout le temps la fin des idéologies et la fin des clivages historiques entre droite et gauche, ajoute-t-elle. Mais ce dont on se rend compte c’est qu’il n’y a pas de fin du clivage idéologique puisqu’il y a une évolution, un changement du contenu idéologique».

«Aujourd’hui, au lieu de parler de gauche au sens large, où on peut mettre tout et n’importe quoi, il faut être très spécifique. Qu’est-ce qu’on entend par social-démocratie ? Quel est le rôle qu’on a pour promouvoir l’accès de tous à des services minimums en santé, en éducation … ? Le rôle qu’on a à concrétiser et à asseoir, une bonne fois pour toutes, les libertés collectives et individuelles, la suprématie de la loi et du droit sur tous… ?», s’interroge Khaoula Lachguar, tout en précisant que ce sont des concepts qui, aujourd’hui, sont galvaudés et souvent remis en cause par les courants conservateurs ou les néolibéraux qui sont un peu extrémistes dans leur façon de traiter du libéralisme. «Nous nous identifions à la famille social-démocrate qui croit en la nécessité d’égalité des chances. Et pour que les chances soient égales, il faut donner les moyens à tout le monde, quels que soient leur statut social, leur origine ethnique ou leur genre, de façon à ce qu’on puisse profiter de ce que chacun peut apporter à sa société», conclut-elle.

Mehdi Ouassat
Lundi 3 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 229 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Réunion de la transparence entre le Premier secrétaire et les secrétaires régionaux et provinciaux de l’USFP – 03/04/2017

Réunion de la Commission administrative et du Conseil national du parti – 30/03/2017

Réunions préparatoires au Xème Congrès national de l’USFP – 30/03/2017

Réunions préparatoires au Xème Congrès national de l’USFP – 27/03/2017

Réunions au Complexe international Moulay Rachid à Bouznika samedi 1er avril 2017 – 27/03/2017

Rencontre de l’OSFI : Thème : La question féminine au cœur de la social-démocratie – 24/03/2017

Driss Lachguar : L’USFP soutient le chef du gouvernement désigné – 23/03/2017

Le Bureau politique relève avec satisfaction le respect des dispositions constitutionnelles dans la désignation de Saâd-Eddine El Othmani – 20/03/2017

Habib El Malki s’entretient avec Martin Schulz – 16/03/2017

12345»80

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito

Kluivert, cible de la mafia

Kluivert, cible de la mafiaKluivert, cible de la mafia
Déjà critiqué en interne au Paris Saint-Germain, Patrick Kluivert est rattrapé par une affaire de dette de jeux qui lui aurait valu des pressions de la part d’une organisation criminelle il y a quelques années.

Le football est devenu un sport business à force de brasser autant d’argent, et inévitablement, l’appât du gain a aussi attiré des personnages peu fréquentables qui tentent de se remplir les poches ou de blanchir de l’argent sale. Au cours d’une carrière professionnelle, les footballeurs de haut niveau doivent malheureusement s’attendre à être confrontés à des individus peu fréquentables.

Patrick Kluivert semble en avoir fait l’expérience après avoir raccroché les crampons. Selon le quotidien De Volkskrant, le Néerlandais aurait été la cible d’une organisation criminelle lorsqu’il officiait du côté du FC Twente, entre 2011 et 2013, pour ce qui restera sa seule expérience sur un banc de touche avec une aventure à Curaçao. Alors confronté à des dettes de jeux, l’ancien attaquant du FC Barcelone ou du Losc aurait alors été approché pour truquer des matches et ainsi éviter de rembourser son dû.

L’actuel directeur du football au PSG n’aurait évidemment rien à se reprocher dans cette affaire, apparaissant comme une victime, précise bien le quotidien

Samedi 1 Avril 2017
TwitterDiggGoogleTape-moiBlinklistRedditY!BlogmarksTechnoratiViadeoPinterest

Lu 391 fois

Nouveau commentaire :
Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l’honneur et à la vie privée.

Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.

En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
Dans la même rubrique :

Calvin Harris en duo avec Ariana Grande – 01/04/2017

Tournée mondiale de Britney Spears – 01/04/2017

Jenifer traumatisée par son accident – 01/04/2017

Scarlett Johansson fière de son indépendance – 01/04/2017

Ramzy révèle avoir frôlé la mort – 01/04/2017

Les 50 acteurs les plus rentables d’Hollywood : MICHAEL CAINE – 29/03/2017

Les 50 acteurs les plus rentables d’Hollywood : GARY OLDMAN – 28/03/2017

Les 50 acteurs les plus rentables d’Hollywood : ROBIN WILLIAMS – 27/03/2017

Shakira blacklistée du mariage de Lionel Messi – 25/03/2017

12345»94

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L’info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d’ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito